Axe, le déo qui fait cliquer

Actualisé

Axe, le déo qui fait cliquer

Le parfum Axe surfe sur la mode du «scoring» pour distribuer des cliqueurs dans toute l'Europe et doper ses ventes. Ou quand une marque crée un phénomène de mode.

Elle vous sourit, vous regarde ou vous embrasse, vous la cliquez. Grâce à une intense campagne par buzz et teasing du déodorant Axe lancée dans toute l'Europe, le cliqueur est en passe de devenir un objet culte. Chaque pays distribue à sa manière le petit compteur manuel. En Suisse, un DJ peu connu, rebaptisé Dr Click, en fait la promotion dans les clubs. Sortie le 13 mars, la compilation du Dr Click figure déjà en bonne place dans les charts. «Le stock de cliqueurs, lui, est épuisé», s'enthousiasme Augustin Mettler, de la société Primeur, à Zurich, chargé de l'opération en Suisse.

En France, le succès est encore plus fou avec près de 400 000 cliqueurs écoulés. «Les jeunes aiment compter toutes sortes de choses, cela s'appelle le scoring», confie Frédéric Henry, responsable des relations publiques d'Axe à Paris. Depuis octobre, Axe a offert l'objet à des centaines de stars du showbiz, comme Michaël Youn, Joey Starr, Alain Chabat, et aux «trend setter», ceux qui font l'opinion dans les lycées. C'est un spot publicitaire avec l'acteur Ben Affleck qui en révèle l'usage: mesurer le potentiel de séduction des mâles, qui serait multiplié par le déodorant Axe.

«L'effet sur les ventes est phénoménal, de l'ordre du jamais-vu, insite Frederic Henry, sans citer de chiffres. En Grande-Bretagne, les professeurs se plaignent des préadolescents qui se parfument en masse avec Lynx, nom local d'Axe.

Giuseppe Melillo

Ton opinion