Actualisé 17.05.2017 à 17:20

Tennis

Bacsinszky se qualifie pour le 3e tour à Rome

La Vaudoise a battu 6-4 6-2 Barbora Strycova (WTA 21).

1 / 23
Timea Bacsinszky a fait une petite visite à Gstaad en marge du tournoi WTA auquel elle a dû renoncer sur blessure. La Vaudoise a été reçue sous les applaudissements du Centre Court. (Vendredi 21 juillet 2017)

Timea Bacsinszky a fait une petite visite à Gstaad en marge du tournoi WTA auquel elle a dû renoncer sur blessure. La Vaudoise a été reçue sous les applaudissements du Centre Court. (Vendredi 21 juillet 2017)

Keystone
Wimbledon, Londres
Wimbledon, Londres

Bandée à la cuisse gauche, Timea Bacsinszky s'est inclinée au 3e tour contre la Polonaise Agnieszka Radwanska (Samedi 8 juillet 2017).

Keystone
Wimbledon, Londres
Wimbledon, Londres

Timea Bacsinszky (no 19) figure pour la troisième année consécutive en 16es de finale à Wimbledon. La Vaudoise n'a laissé aucune chance à la Slovaque Kristina Kucova (WTA 105), balayée 6-1 6-0 en 48' au 2e tour sur le court no 12. (Jeudi 6 juillet 2017)

Keystone

Timea Bacsinszky (WTA 34) a franchi, pour la troisième fois de l'année seulement, le 2e tour d'un tournoi en battant Barbora Strycova (WTA 21) sur la terre battue de Rome.

La Vaudoise affrontera une autre Tchèque en 8e de finale, la troisième mondiale Karolina Pliskova.

Bacsinszky s'était jusqu'ici toujours inclinée face à Strycova lors de leurs quatre précédents duels, dont l'année dernière en FedCup. «Martina (Hingis) me l'a répété toute la journée: 'personne ne peut battre Timea plus de quatre fois de suite', a confié la droitière dans un grand rire. Elle avait déjà dit ça avant que j'affronte Muguruza à Madrid et j'avais gagné (ndlr: après quatre défaites de suite...) !»

La Vaudoise aura encore l'occasion de prendre une revanche éclatante sur cette demi-finale de la FedCup qui avait été un cauchemar pour elle puisqu'elle y avait également subi la loi de Pliskova (2-2 dans les confrontations).

Dans une rencontre qui n'a pas vraiment mis les serveuses en évidence, la Suissesse a su saisir le moment pour enlever la première manche, faisant le break à... 5-4 après avoir pourtant été menée 40-0 ! Un pas décisif vers le succès final, confirmé par trois nouveaux breaks dans un second set traversé sans alerte majeure. Si ce n'est une chute dans le troisième jeu et un genou ensanglanté qui a nécessité quelques soins.

Sensations retrouvées

Bacsinszky a un quart de finale à défendre au Foro Italico de Rome. Ce succès contre une adversaire qui ne lui avait jamais convenu est encourageant et en appelle peut-être d'autres. «Je suis à la recherche de la constance, explique-t-elle. J'ai besoin d'enchaîner des victoires.»

La Vaudoise, qui n'avait atteint le 3e tour cette année qu'à l'Open d'Australie et Indian Wells, ne partira certes pas avec les faveurs de la cote contre Pliskova mais aura probablement une carte à jouer. Car la Tchèque, finaliste de l'US Open 2016, connaît un net fléchissement depuis l'ouverture de la saison sur terre battue, sa moins bonne surface. «Peut-être, mais elle est en tête de la Race et je ne m'attendais pas à un score aussi sec face à Lauren Davis (ndlr: 6-1 6-1), coupe Bacsinszky. Elle est donc en forme et c'est un joli défi pour moi.»

Battue au 2e tour tant à Madrid qu'à Rabat, Bacsinszky semble retrouver ses sensations sur terre. Ce qui n'est pas une mauvaise idée à l'approche de Roland-Garros... Et ce qui incite aussi à penser que la joueuse de Belmont n'est plus trop gênée par son poignet (tendinite mi-mars). «Non, je n'ai pas eu mal, acquiesce-t-elle avant de tempérer. Mais d'autres trucs reviennent à droite et à gauche, comme toujours pour ceux qui pratiquent le sport d'élite.» (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!