Vaud: Bagarre dans le Jorat: deux jeunes jugés coupables, les six autres acquittés
Publié

VaudBagarre dans le Jorat: deux jeunes jugés coupables, les six autres acquittés

Le Tribunal de Vevey a infligé une peine avec sursis aux deux jeunes reconnus coupables d’agression lors d’une bagarre dans le Jorat en avril 2020. Les six autres prévenus ont été blanchis.

par
Lauren von Beust
La bagarre s’est déroulée de nuit, sur le parking d’une commune du Jorat, en avril 2020. Photo d’illustration.

La bagarre s’est déroulée de nuit, sur le parking d’une commune du Jorat, en avril 2020. Photo d’illustration.

Getty Images

Deux des huit jeunes âgés de 20 à 24 ans, qui ont été jugés mardi par le Tribunal de Vevey (VD) pour une bagarre dans le Jorat un soir d’avril 2020, ont été reconnus coupables d’agression, mercredi. L’initiateur de l’altercation, qui, «mû par un désir de vengeance», s’était rendu avec un comparse, sous les fenêtres de Jonas* dans le but d’en découdre avec lui, a écopé de 11 mois de prison avec sursis pendant 4 ans. Son acolyte, également formellement identifié par les victimes, s’en sort, lui, avec 10 mois avec sursis pendant 3 ans.

«Attaque unilatérale»

Pour rappel, Jonas avait demandé à son voisin Gauthier* de l’accompagner dehors, avant que la bagarre n’éclate sur un parking du coin, à la suite d’«une histoire sur les réseaux sociaux». Ce soir-là, le duo avait terminé avec de multiples ecchymoses et hématomes. Mercredi, la justice a considéré que les deux jeunes hommes avaient été «attaqués unilatéralement par plus de deux personnes».

En effet, selon l’acte d’accusation, un groupe de dix à quinze jeunes s’en était mêlé. Mais les six autres prévenus, accusés d’en avoir fait partie, ont finalement été acquittés, au moins au bénéfice du doute. Si la plupart n’ont pas été identifiés par les victimes, la justice n’a pu prouver que les autres avaient participé à ce «massacre», ainsi décrit par l’un des jeunes.

«Une pluie de coups»

«Je suis écœurée», a confié, les larmes aux yeux, la mère de Jonas, après l’annonce du verdict. «Où est-ce qu’on prend conscience?» a-t-elle demandé au regard des nombreux acquittements prononcés. «Mon fils a reçu une pluie de coups ce soir-là. Il aurait fallu qu’ils soient tous condamnés pour cela», a-t-elle déploré. Le soir de la bagarre, c’est elle qui a appelé l’ambulance en voyant l’état de Jonas. La mère de famille regrette que les jeunes accusés n’aient pas pris leurs responsabilités. Jonas recevra un peu plus de 5’000 francs pour tort moral. A ce montant s’ajoute celui des frais d’avocat à hauteur de 13’000 francs ainsi qu’environ 1600 francs pour dédommagement matériel. Gauthier sera également dédommagé.

Jonas ne fera pas appel de la décision, mais espère que cette procédure n’ira pas plus loin. Celui qui, depuis deux ans, souffre de stress post-traumatique et ne fréquente plus les boîtes de nuit de peur d’y croiser ses agresseurs, dit vouloir aller de l’avant désormais. «Je vais essayer de ressortir, et on verra bien…»

Les deux jeunes reconnus coupables, qui n’ont pas bénéficié des services d’un avocat, disposent de 10 jours, depuis l’annonce du jugement, pour faire appel.

*Prénoms d’emprunt

Besoin d’aide?

Ton opinion