Genève – Bagarre devant une boîte: «A 3 minutes près, il mourait»
Publié

GenèveBagarre devant une boîte: «À 3 minutes près, il mourait»

Un jeune, alors âgé de 20 ans, avait été grièvement blessé dans une baston en 2018. Son agresseur présumé conteste.

par
Léonard Boissonnas
Des tessons de bouteille ou du verre auraient été utilisés. 

Des tessons de bouteille ou du verre auraient été utilisés. 

Getty

Une cicatrice au cou, une paralysie partielle du visage, des douleurs persistantes et une vie bouleversée. Ce sont les séquelles qui restent à un jeune homme, grièvement blessé à la gorge avec du verre lors d’une altercation lors d’une nuit de septembre 2018, à proximité de la discothèque La Gravière, aux Acacias (GE).

Son agresseur présumé, aujourd’hui âgé de 23 ans, a comparu jeudi devant le Tribunal correctionnel pour lésions corporelles graves et rixe. Selon l’acte d’accusation, le pugilat a éclaté entre deux groupes, composés d’une part du prévenu et de diverses personnes, et d’autre part de la victime, de son frère aîné et de potes, venus l’aider à la suite d’un conflit initial (voir encadré).

Jets de bouteille, coups de poing et de pied

Jets de bouteille, coups de poing et de pied ont notamment été échangés. C’est là que la victime a été blessée, puis emmenée aux urgences, où les médecins ont pu la sauver. «Le chirurgien m’a dit qu’à trois minutes près, mon frère mourait», a déclaré son aîné, âgé de 31 ans, lors de l’audience. Ce dernier et l’un de ses amis, âgé de 26 ans, étaient également sur le banc des accusés pour rixe. Les deux ont nié avoir pris part à la baston, expliquant avoir voulu porter secours au cadet, non se venger. Le principal prévenu a lui aussi réfuté les faits reprochés, relatant avoir été frappé, puis roué de coups au sol par «peut-être quatre ou cinq individus».

Mais le ministère public ne les a pas suivis: les accusés ont pris part activement à l’altercation, comme des témoins l’ont rapporté ou comme le montre le sang de la victime, retrouvé «partout» sur son présumé assaillant. Une peine de 36 mois de prison, dont 12 ferme, a été requise contre lui, tandis que 180 jours de prison ont été réclamés pour l’aîné et son copain. De leur côté, les avocats des trois prévenus ont tour à tour plaidé pour leur acquittement, contestant la version retenue par le parquet, basée sur «des hypothèses» ou «des propos contradictoires». Verdict vendredi.

«L’ambulance serait arrivée trop tard»

Cette nuit-là, le frère aîné de la victime était avec des amis à Plainpalais. Il a expliqué avoir reçu un coup de fil de son cadet «paniqué et apeuré», indiquant que des personnes voulaient s’en prendre à lui. Avant cet appel, une première altercation aurait eu lieu avec des jeunes femmes, qui avaient été aidées par le principal accusé.

Arrivé sur place en voiture avec ses potes, le trentenaire a dit avoir voulu sortir son frère de la bagarre qui s’est alors déclenchée. Lorsqu’il a constaté la gravité de sa blessure, a-t-il raconté, il a pris l’initiative de l’emmener en auto à l’hôpital: «J’estimais que l’ambulance serait arrivée trop tard, vu le sang qui coulait.»

Ton opinion