Russie/Pologne: Bain de foule pour le patriarche Kirill
Actualisé

Russie/PologneBain de foule pour le patriarche Kirill

Plusieurs milliers d'orthodoxes polonais ont accueilli le chef de l'Eglise russe à Bialystok, dans l'est de la Pologne. La veille, il avait rencontré le chef de l'Eglise catholique polnaise.

Le patriarche Kirill a rencontré le chef de l'Eglise catholique de Pologne Mgr Jozef Michalik vendredi

Le patriarche Kirill a rencontré le chef de l'Eglise catholique de Pologne Mgr Jozef Michalik vendredi

Quelques milliers d'orthodoxes polonais ont accueilli à Bialystok, dans l'est de la Pologne, le patriarche de l'Eglise russe Kirill au troisième jours de sa visite historique en Pologne. Il y a prononcé une prière et appelé les fidèles à préserver les valeurs chrétiennes.

«Tous ces changements de la vie nous amènent à perdre de vue les véritables objectifs. Si on veut mener une existence complète, tout ce qui nous semble important n'a en effet que peu de valeur», a déclaré le patriarche avant un bain de foule au cours duquel il a béni et serré la main des fidèles.

L'est de la Pologne est le fief de la communauté orthodoxe, forte de quelque 500'000 fidèles.

«C'est un moment très important pour nous. Le patriarche est le chef de l'Eglise avec laquelle nous entretenons de bons contacts, et puis, humainement c'est un homme bien, qui a un grand coeur», a déclaré à l'AFP Anna Musiuk, venue à la rencontre du patriarche avec ses deux enfants et son mari dans l'imposante église du Saint-Esprit à Bialystok, la plus grande église orthodoxe du pays.

«Nous sommes très heureux que les gens aient remarqué que nous, les orthodoxes, nous existons. En Pologne, on ne parle que très peu de l'Eglise orthodoxe. Nous sommes une minorité, un pour cent de tous les croyants, mais nous existons, avons des enfants, des organisations et nous sommes de vrais chrétiens», a-t-elle poursuivi.

Réconciliation historique

Après Bialystok, le patriarche s'est rendu dans le cloître et le monastère orthodoxe de Suprasl, construit au XVIe siècle. Dans l'après-midi, il devait encore célébrer un office à Hajnowka, puis sur le mont Grabarka, lieu saint des orthodoxes polonais.

Chaque année, des milliers de fidèles y affluent en pèlerinage, certains à genoux. Après la prière, ils recouvrent le mont d'une forêt de croix qu'ils ont apportées avec eux.

Vendredi, le patriarche Kirill et le chef de l'Eglise catholique de Pologne Mgr Jozef Michalik ont signé un appel historique à la réconciliation polono-russe et contre la laïcisation de l'Europe.

«Nous appelons nos fidèles à prier pour obtenir le pardon des torts, des injustices et de tous les maux infligés réciproquement», proclame ce texte signé en grande pompe dans l'historique château royal de Varsovie. (ats)

Ton opinion