Royaume-Uni - Baisse du chômage et nombre record d’emplois vacants
Publié

Royaume-UniBaisse du chômage et nombre record d’emplois vacants

La fin des restrictions sanitaires au Royaume-Uni depuis mi-juillet, a pour l’instant des effets bénéfiques sur l’économie, selon les autorités.

Le taux de chômage a baissé au Royaume-Uni après la levée des restrictions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19.

Le taux de chômage a baissé au Royaume-Uni après la levée des restrictions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19.

REUTERS

Les chiffres de l’emploi au Royaume-Uni continuent de s’améliorer grâce à la reprise économique, avec une baisse du taux de chômage et un nombre record de postes à pourvoir, a annoncé mardi le Bureau national des statistiques (ONS). Ce dernier explique qu’après avoir énormément souffert de la pandémie, le marché de l’emploi «montre des signes de reprise» depuis fin 2020.

Sur les trois mois d’avril à juin, le taux de chômage a poursuivi sa baisse à 4,7%, après être monté jusqu’à 5,2% lors du dernier trimestre de l’année dernière. Il évoluait toutefois sous 4% avant la crise sanitaire. Pour le seul mois de juillet, le nombre de personnes salariées a grimpé de 182’000 pour atteindre 28,9 millions. C’est toutefois encore 201’000 de moins qu’avant la pandémie.

Pas davantage de licenciements

Le marché de l’emploi profite de la réouverture de l’économie ces derniers mois avec la levée des restrictions sanitaires et du maintien par le gouvernement de son dispositif de chômage partiel, qui touchera à sa fin en septembre. «Je sais qu’il pourrait y avoir encore des obstacles mais les chiffres sont prometteurs», se félicite le ministre des Finances Rishi Sunak dans un communiqué. «Les personnes salariées n’ont jamais été si nombreuses depuis mars 2020 et le nombre de gens en chômage partiel est au plus bas depuis le lancement du dispositif», selon lui.

Selon les dernières données disponibles, à fin juin, le chômage partiel était utilisé par 540’000 entreprises et bénéficiait à 1,9 million de personnes. Dans le même temps, le taux de licenciement est tombé à 3,6 pour 1000 salariés entre avril et juin, retrouvant ses niveaux de pré-pandémie, selon l’ONS. «Il n’y a aucun signe montrant que les licenciements commencent à augmenter avant le retrait du chômage partiel», note Jonathan Athow, statisticien à l’ONS.

Au total, selon lui, «le monde du travail continue de rebondir fortement après avoir subi les effets de la pandémie». Samuel Tombs, économiste chez Pantheon Macroeconomics, voit toutefois le taux de chômage remonter à 5,2% au quatrième trimestre du fait de la fin du chômage partiel. «Beaucoup d’employeurs vont soit licencier soit forcer les salariés à accepter de faire moins d’heures», selon lui.

Le redémarrage de l’activité dans le pays s’accompagne par ailleurs d’une explosion du nombre de postes à pourvoir, à 953’000 entre mai et juillet, un record. L’ONS estime même qu’il a dépassé 1 million pour le seul mois de juillet. Les changements induits par la pandémie, avec notamment l’essor du commerce en ligne «ont augmenté les besoins dans certaines compétences, comme les spécialistes en système informatique et le transport routier», estime Yael Selfin, économiste chez KPMG au Royaume-Uni.

(AFP)

Ton opinion

19 commentaires