Actualisé 26.10.2009 à 10:52

Sida

Baisse sensible chez les gays

Le recul du nombre de diagnostics du virus du sida chez les gays se confirme.

Alors qu'en juillet les projections tablaient sur moins de 300 nouveaux cas en 2009, les extrapolations affinées à fin septembre réduisent ce nombre à quelque 250, contre encore 331 cas en 2008.

L'étude des déclarations mensuelles montre qu'après des années d'augmentation permanente, la tendance a commencé à s'inverser à l'été 2008 pour les hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes, écrit l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans son bulletin publiée lundi en ligne. S'agissant de transmission par voie hétérosexuelle, la situation est plutôt stable.

«Le léger recul actuellement observé ne doit toutefois pas nous inciter à délaisser une nouvelle fois la prévention», avertit l'OFSP. L'office se base sur l'expérience récente qui a montré qu'un relâchement des efforts de prévention peut très rapidement avoir des répercussions négatives.

Les années 90

Et l'OFSP de rappeler qu'au début des années 90, l'apparition de médicaments efficaces et la «normalisation du sida» qui en a découlé ont entraîné une nette réduction des moyens investis dans la prévention du VIH. Et dès 2002, les cas déclarés de VIH ont connu une hausse notable durant plusieurs années.

L'OFSP va donc poursuivre le programme national de prévention 2004-2008, déjà prorogé par le gouvernement jusqu'en 2010. Actuellement en phase de conception, il devrait être approuvé au plus tard en décembre 2010 et déployer ses effets de 2011 à 2015.

100 nouveaux malades et 20 décès

La diminution du nombre de nouveaux cas diagnostiqués du virus ne doit pas masquer que plus de 31'000 personnes vivent en Suisse avec le VIH. Malgré les traitements efficaces, le virus continue de provoquer la maladie, plus d'une centaine de nouveaux cas de sida ayant été annoncés cette année.

Et cette dernière demeure mortelle, avec près d'une vingtaine de décès recensés en 2009. L'OFSP rappelle qu'il y a quinze ans, on enregistrait encore en Suisse près de 700 décès dus au sida.

Genève en tête

Vu par région, le sida continue d'être une maladie plus urbaine que rurale. Ainsi les cantons d'Appenzell Rhodes-Extérieures, d'Obwald et d'Uri n'ont-ils enregistré aucun test VIH positif en 2009, selon les déclarations des médecins à l'OFSP. Le taux est en outre inférieur à 4 pour 100'000 habitants dans les cantons du Jura, de Nidwald, St-Gall, Schwyz et Thurgovie.

Il dépasse en revanche 10 pour 100'000 habitants dans les cantons de Genève (18,6), Zurich (15,2), Vaud (14,2), Bâle-Ville (13,4) et Glaris (10,4). A noter encore que certains cantons n'ont connu aucun nouveau cas de sida déclaré cette année: les deux Appenzells, Nidwald et Obwald, le Jura, Schaffhouse et Uri.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!