Genève: Balade à travers champs pour un groupe de sangliers

Publié

GenèveBalade à travers champs pour un groupe de sangliers

Un ouvrier viticole a filmé une scène peu courante de jour en prenant son travail, lundi matin, à Anières (GE).

par
Léonard Boissonnas
Lecteur-reporter

Un groupe d’une dizaine de sangliers, composé d’une laie, de ses marcassins et d’autres individus plus âgés, traversant un champ et une vigne au petit matin. C’est la jolie séquence qu’a pu capter Raphaël, ouvrier viticole au domaine des Ménades, à Anières, lundi vers 8h. «C’est assez rare, on voit souvent les dégâts qu’ils font dans la nuit, mais là il y avait toute la famille qui est passée devant moi», raconte-t-il.

A la recherche de nourriture

«Ce n’est pas rarissime, mais pas banal non plus, indique Yves Bourguignon, chef de secteur milieux et espèces et des gardes de l'environnement intérim à l’Office cantonal de l’agriculture et de la nature. Le sanglier est en général plutôt nocturne, mais de temps en temps, notamment en hiver, il peut tarder le matin. Là, on est en début de matinée, les sangliers ont sans doute été chercher de la nourriture avant d’aller se réfugier en forêt.»

Fonctionnement matriarcal

Sur la vidéo de Raphaël, on voit l’un des mammifères mener le groupe. «Le fonctionnement du sanglier est matriarcal et la meneuse est une femelle adulte, explique Yves Bourguignon. C’est en général la mère des petits qui suivent derrière. Si des jeunes mâles les accompagnent, il s’agit souvent de ceux de cette femelle, ou alors cela peut être aussi un mâle solitaire qui suit le groupe, notamment en période de rut. Celle-ci a lieu principalement à la mi-novembre et décembre mais peut déborder. Il est même possible de voir des marcassins naître à n’importe quel moment de l’année.» Leur population, qui fait l’objet d’une régulation à Genève où la chasse est interdite, est stable depuis 2012. Il se tire entre 150 à 250 sangliers suivant les années.

Ton opinion

19 commentaires