Europa League: Bâle croit à la qualification
Actualisé

Europa LeagueBâle croit à la qualification

Le FC Bâle joue gros jeudi soir (21h05) à Salzbourg en 8e de finale retour de l'Europa League.

L'équipe bâloise est arrivée à Salzbourg pour son match de jeudi.

L'équipe bâloise est arrivée à Salzbourg pour son match de jeudi.

Une victoire ou un nul avec un score autre que le 0-0 qui a sanctionné le match aller ouvrirait les portes des quarts de finale aux Rhénans, et ce pour la troisième fois en huit ans.

A la veille de cette rencontre, l'entraîneur Murat Yakin affichait sa décontraction coutumière. Il a évoqué «la bonne position» dans laquelle se trouve son équipe, soulignant que, selon les circonstances, «un nul peut suffire», avant de conclure: «Nous voulons poursuivre l'aventure européenne.»

L'an passé a fait date

Les souvenirs de l'épopée de l'an dernier, avec une demi-finale contre le futur vainqueur Chelsea, restent fortement ancrés dans les têtes des Bâlois. «Ce furent des expériences très spéciales», résume Yakin. Le boss du FCB, selon son habitude, a soigneusement étudié le jeu de son adversaire. «Nous avons montré il y a une semaine que nous pouvions perturber le secteur offensif de Salzbourg», glisse-t-il.

Bâle devrait donc a priori s'aligner dans un schéma tactique proche de celui du match aller, en 3-4-2-1. Le retour de Marco Streller donnera davantage de poids et d'expérience aux attaques du champion de Suisse. Yakin insistera surtout pour que son équipe parvienne à tenir le buteur Jonatan Soriano aussi loin que possible de la surface de réparation de Yann Sommer, lequel aura une fois encore sans doute un rôle décisif à tenir.

Absences «déplorables»

Le FCB enregistre les retours de Marcelo Diaz et Taulant Xhaka, mais Fabian Schär est toujours indisponible. Par ailleurs, Matias Delgado a dû déclarer forfait en raison de problèmes musculaires. L'Argentin, dont les prestations cette saison ne font pas l'unanimité, n'avait pas besoin de ce coup du sort.

«Ces absences sont déplorables, mais elles ne diminuent en principe pas de manière décisive nos chances de qualification», a quant à lui déclaré Valentin Stocker. «Nous sommes assez solides pour nous qualifier, nous avons déjà éliminé les saisons dernières des équipes plus fortes.»

Expérience bâloise

Côté autrichien, la plupart des observateurs voient Salzbourg passer le cap aisément. Cela ne plaît guère à l'entraîneur allemand Roger Schmidt. Il a ainsi remarqué que les joueurs bâlois possédaient une expérience européenne bien plus grande que ses joueurs. «On exige de nous que nous nous baladions sur la scène européenne. Mais cela n'est évidemment pas possible, et on devrait respecter ça.»

Reste que le club autrichien, généreusement soutenu par un fabricant de boissons énergétiques, présente des arguments solides. Il n'a plus été battu à domicile depuis 30 rencontres et une défaite 1-2 contre Rapid Vienne en août 2012. Salzbourg n'a perdu que quatre de ses 61 derniers matches, toutes compétitions confondues, et en a quand même gagné 44. (ats)

Ton opinion