Ligue des champions: Bâle doit conclure

Actualisé

Ligue des championsBâle doit conclure

A moins d'un couac monumental, le FC Bâle assurera mardi soir sa 5ème participation à la phase de groupes de la Ligue des champions, à l'issue du match retour des barrages face à Ludogorets Razgrad.

On voit mal les Bulgares, défaits 4-2 chez eux à l'aller, s'imposer avec trois buts d'écart au Parc St-Jacques. Les dirigeants bâlois, soucieux évidemment de maintenir la vigilance de leurs joueurs, mettent en garde contre toute démobilisation et parlent d'une «pression énorme» à laquelle doit faire face l'équipe, «obligée» de se qualifier... Même discours de la part du coach Murat Yakin: «Nous avons un bel avantage, mais ça peut s'avérer dangereux. Il faudra rester pleinement concentré», dit-il.

A l'aller, les Bulgares avaient dévoilé de graves lacunes sur le flanc droit de leur défense. Les Rhénans, magnifiquement préparés par Yakin qui avait préalablement repéré cette faiblesse, en avaient pleinement profité. Leur attaquant Mohamed Salah en particulier, auteur de deux buts et à l'origine d'un penalty, s'était régalé, réussissant son meilleur match depuis qu'il est au club.

Le FC Bâle compte sur ce match retour à la fois pour s'assurer le pactole de 20 millions de francs de recettes que lui rapporterait sa participation à la phase de poules. Mais aussi pour se relancer en Championnat, où il ne pointe qu'en 4e position à six points du leader (Young Boys). Et justement, les Bâlois reçoivent YB dimanche prochain, une belle occasion pour eux de réduire leur débours à trois points. «Une qualification pour la Ligue des champions nous donnerait un coup de boost», relève le milieu de terrain Fabian Frei.

Encore en plein rodage

Si la machine bâloise ne tourne pas (encore) à plein régime, cela est dû notamment au manque de rodage de la défense nouvellement formée et à l'apport pour l'instant insuffisant de Matias Delgado, notamment. Les champions de Suisse ont aussi la fâcheuse tendance à se relâcher avoir marqué un but. Sur leurs dix derniers matches officiels, ils ont à chaque fois ouvert le score mais ne se sont imposés qu'à cinq reprises. Ce manque de constance s'était du reste manifesté à l'aller, en Bulgarie.

Le président Bernhard Heusler espère que le public rhénan répondra présent, pour aider son équipe - au-delà de la qualification - à rester invaincue à domicile pour la huitième fois d'affilée en Coupe d'Europe. De quoi faire oublier l'échec de l'année dernière, lorsque les Bâlois s'étaient fait sortir au même stade de la compétition par une autre équipe de l'Est inconnue du grand public, les Roumains de Cluj. (ats)

Ton opinion