Découverte d'ossements: «Bâle est un cimetière géant»
Actualisé

Découverte d'ossements«Bâle est un cimetière géant»

Les ouvriers travaillant sur le chantier du casino de la ville de Bâle sont récemment tombés sur des os datant du Moyen Age.

par
las/ofu
Voici une partie des restes humains retrouvés.

Voici une partie des restes humains retrouvés.

DR

Le casino de Bâle est en pleine reconstruction. Pour cela, les ouvriers doivent creuser à près de sept mètres de profondeur. Chaque jour, ils évacuent ainsi entre 10 et 15 mètres cubes de terre et de roche. Le chantier n'aurait rien d'anormal si les travailleurs ne tombaient pas régulièrement sur des reliques du passé. Récemment, ils ont ainsi découvert des ossements humains, écrit mardi «20 Minuten».

Marc Bernasconi, en charge des fouilles, explique que ces os proviennent du Moyen Age et de la Renaissance. Il précise qu'à l'époque, les gens étaient «moins délicats» avec les morts qu'aujourd'hui. «On enterrait les morts là où il y avait de la place. Et lorsqu'il n'y avait plus assez de place, on ressortait les os pour les entasser dans un autre endroit. En réalité, Bâle est un cimetière géant.»

Des ruines romaines?

Jusqu'à présent, lui et son équipe ont pu cataloguer les os de près de 30 personnes. «Les trouvailles les plus récentes datent du XVIe siècle», explique Marc Bernasconi. Au début des fouilles, les archéologues pensaient être tombés sur un cimetière de moines. Mais ils ont rapidement constaté que toutes sortes de personnes avaient été enterrées à cet endroit-là.

Les archéologues se trouvent actuellement à une profondeur de 3,5 mètres. En creusant un peu plus, ils espèrent tomber sur des ruines romaines. «Cela nous permettrait de découvrir comment Bâle était il y a 2000 ans», déclare Marc Bernasconi.

«L'archéologie moderne est beaucoup plus consciencieuse»

En 1843, un grand magasin se trouvait précisément là où se situe actuellement le casino. Malheureusement, les responsables de chantier faisaient alors bien moins attention à ce qu'ils trouvaient que de nos jours, regrette Marc Bernasconi: «Les tombes se trouvaient à travers leur chemin. L'archéologie moderne est beaucoup plus consciencieuse.» Aujourd'hui, on enregistre chaque os et on le stocke à des fins scientifiques.

Découvrez le reportage, en allemand, de «20 Minuten»:

«Basel ist ein einziger grosser Friedhof»

Bei den Aushubarbeiten unter dem Stadtcasino sind menschliche Überreste zum Vorschein gekommen. Unerwartet kam der Fund nicht.

Ton opinion