Actualisé 02.10.2013 à 04:21

Ligue des champions

Bâle n'a en rien démérité

Lors de sa deuxième sortie de la saison en Champions League, le FC Bâle s'est incliné à domicile contre Schalke 0-1.

de
J.-Ph. Pressl-Wenger, Bâle
Bâle a finalement été battu par Schalke, mardi soir.

Bâle a finalement été battu par Schalke, mardi soir.

Bâle continue son apprentissage du plus haut niveau. ­Comme dans tous les processus d'acquisition de nouvelles qualités, certaines expériences sont difficiles à vivre. Hier face à Schalke, les hommes de Murat Yakin n'ont pas démérité, même si le résultat reste implacable. Cette défaite met fin à une période d'invincibilité qui durait depuis le 11 août et une défaite 1-2 face à Zurich.

Menés comme à Chelsea lors de leur entrée en lice dans la compétition, ils n'ont cette fois pas réussi à renverser la vapeur. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé. L'explication trouve sa genèse dans ­l'attitude de reconquête d'Allemands largués en Bundesliga (14e rang). Le défi physique proposé par les joueurs de Jens Keller aux champions de ­Suisse a été l'élément déterminant dans cette partie. N'était-ce pas le 4e match en moins de dix jours des Rhénans? Si le collectif bâlois tient la dis­tance face à ses pairs de Super League, il reste limité pour ­assumer les exigences de la Champions League.

Très tôt dans la partie, les Bâlois ont été bousculés, dans tous les sens du terme. On a par exemple souvent vu Marcelo Diaz ou Taulant Xhaka, les rampes de lancement des attaques bâloises, finir leurs duels à terre, sans que leur adversaire ne commette de faute. La forme ascendante de Matias Delgado ainsi que les retours de blessure de Serey Die et de Mohamed Elneny devraient aider Bâle à gérer les futures «semaines anglaises».

Au classement, les Rhénans ont laissé Schalke prendre ses distances. Pour sa part, Chelsea, vainqueur sur la pelouse du Steaua Bucarest (0-4), a refait son retard. Les Blues pointent à la 3e place à la faveur de la confrontation directe. Autant dire que le déplacement en Roumanie, le 22 octobre, revêtira une importance particu­lière pour des Bâlois qui ambitionnent d'atteindre les 8es de finale.

Les réactions

Murat Yakin (coach de Bâle): Nous avons essayé de produire du jeu, mais notre adversaire nous a rendu la tâche difficile. Nous avons également été trop imprécis dans les derniers mètres. Ce n'était pas notre meilleur jour, c'est dommage.

Kay Voser (Bâle): Cette défaite est bien sûr regrettable. Mais il nous reste deux confrontations contre le Steaua Bucarest. Et si Chelsea et Schalke se sont imposés là-bas, il n'y a pas de raison que nous n'y parvenions pas. Mais il faudra rester concentrés.

Kevin-Prince Boateng (Schalke): Nous avons très vite corrigé ce que nous avions fait faux à Hoffenheime ce week-end (ndlr:3-3). Nous étions bien en place défensivement, et c'est cela qui nous a permis de gagner ce match.

Bâle - Schalke 0-1 (0-0)

Parc St-Jacques. 33 251 spectateurs. Arbitre: Undiano Mallenco (Esp). But: 54e Draxler 0-1.

Bâle: Sommer; Voser, Schär, Ivanov, Safari (84e Delgado); Frei (84e P. Degen); Salah, Diaz, Xhaka (62e Sio), Stocker; Streller.

Schalke: Hildebrand; Uchida, Höwedes, Felipe Santana, Aogo (78e Kolasinac); Höger, Neustädter; Farfan (45e Szalai), Meyer (85e Hoogland), Draxler; Boateng.

Notes: Bâle au complet, Schalke sans Huntelaar, Papadopoulos (blessés) ni Jones (suspension interne). 52e tir sur la transversale de Neustädter. Avertissements: 37e Aogo. 38e Farfan. 65e Höger. 89e Delgado.

Match interrompu

Le match de la 2e journée de la Ligue des champions entre Bâle et Schalke a été interrompu pendant cinq minutes à la suite d'une manifestation de l'organisation Greenpeace. Quatre hommes descendus du toit du Parc St-Jacques ont déployé une banderole hostile au géant russe de l'énergie Gazprom.

Quatre activistes de Greenpeace ont créé la stupeur dans le stade, descendant en rappel du toit du Parc St-Jacques alors que les deux équipes en étaient à cinq minutes de jeu. Sur la banderole déployée par ces hommes en orange était écrit «Free the Arctic» à l'intention des autorités russes et du géant de l'énergie Gazprom, par ailleurs sponsor principal de la Ligue des champions et du club allemand de Schalke. Les quatre individus sont ensuite tranquillement remontés sur le toit et la rencontre a pu reprendre après cinq minutes d'interruption.

Cette manifestation a eu lieu quelques heures après l'annonce de l'inculpation de trente activistes en Russie. A bord de leur bateau, l'Arctic Sunrise, les membres de Greenpeace avaient tenté le 19 septembre dernier d'escalader une plate-forme pétrolière russe en mer de Barents. Le navire avait été arraisonné par les forces de l'ordre et ses occupants arrêtés. /ats

Décevant. Après une grosse bourde de Schär, Boateng, bien placé, a récupéré le ballon, mais son tir est passé à côté (12e). Dans la foulée, Meyer puis Draxler auraient pu profiter d’un ballon perdu mais n’y sont pas parvenus (18e). Juste avant le thé, Streller a vu son coup de tête frôler le poteau. A la reprise, une scène confuse devant le but de Sommer s’est terminée par un tir sur la barre de Neustädter (52e). Sous pression, le club rhénan a fini par plier. La volée de Draxler n’a laissé aucune chance au portier bâlois (54e). Plus tard, Schär a vu son essai flirter avec la barre (73e). Bâle a ensuite joué le tout pour le tout, en vain.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!