Actualisé

Bâle offre une leçon de réalisme à Xamax

FOOTBALL. Mal payé, Neuchâtel Xamax a encaissé une défaite évitable contre Bâle (0-3),
hier dans une Maladière comble (11 997 fans).

A l'instar de ses coéquipiers, Zuberbühler a été bien malheureux hier soir. Au chômage technique durant la quasi totalité d'une rencontre dominée outrageusement par les rouge et noir, le gardien neuchâtelois a dû s'avouer vaincu à trois reprises. Minimaliste, mais solide, Bâle a réalisé une affaire faramineuse, en enlevant la totalité de l'enjeu, hier. «C'est toute la différence entre une formation expérimentée et Xamax, qui est néo-promu en Super League», se contentait d'analyser le coach neuchâtelois Castella, à l'issue du match.

Mené au score après un but splendide de Carlitos - «une demi-occasion», dixit Gross, l'entraîneur rhénan -, Xamax n'est jamais parvenu a inverser la tendance. Malgré 18(!) corners... Maître du jeu, mais «pétouillon» dans les 16 m, Neuchâtel a payé cash son manque de réalisme. La meilleure illustration du mal xamaxien a sans doute été le poteau de Rossi à la 51e. Xamax aurait pu jouer toute la nuit, sans réussir à marquer!

Alors que la responsabilité de Zubi était sans doute engagée sur le 0-1, l'expulsion d'Everson (74e, voie de fait sur Degen), a enterré les derniers espoirs neuchâtelois. Ergic, deux minutes plus tard, et Huggel (penalty, 95e) ont fini d'assomer un Xamax pourtant séduisant.

Marc Fragnière, Neuchâtel

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!