Actualisé 06.08.2009 à 22:20

Europa LeagueBâle passe, YB trépasse

Le FC Bâle n'est pas au mieux de sa forme. Face au KR Reykjavik, pour le match retour du 3e tour qualificatif de l'Europa League, les Rhénans se sont certes imposés 3-1 (aller 2-2), mais n'ont vraiment pas brillé devant leur public.

de
ats/Julien Caloz, Berne

L'essentiel est toutefois sauf, avec la qualification pour les play-off de l'ancienne Coupe de l'UEFA.

En manque flagrant de sérénité depuis le début de saison, le FCB poursuivait sur la lancée mitigée qui s'était dessinée à l'aller en Islande et s'était poursuivie le week-end passé contre Lucerne. Symbole du malaise rhénan actuel, Marcos Gelabert commettait une faute dans la surface de réparation à la 45e, était averti puis expulsé pour réclamations, ne parvenant pas à se calmer.

Takefusa mettait alors la pression sur Bâle, qui avait ouvert la marque par Alexander Frei de la tête, en transformant le penalty juste avant la pause. La formation de Thorsten Fink éprouvait par la suite bien des difficultés pour se défaire de son modeste adversaire, une équipe constituée de joueurs amateurs. Il fallut en fait attendre le dernier quart d'heure, et des réussites coup sur coup de Shaqiri - une lourde frappe des 16 mètres à la 77e - et de Frei, encore lui, sur un penalty sifflé pour une faute sur Carlitos (79e).

Bâle pouvait au final se montrer heureux d'un tel dénouement. Car, jusqu'à cette 77e minute et le but de Shaqiri, l'issue de la rencontre était des plus indécises. Le match aurait pu pencher d'un côté comme de l'autre sans le moindre scandale. Déjà peu inspiré en première mi-temps, le FCB fit même pire après la pause, la faute en grande partie à son infériorité numérique.

Les Bâlois rejoignaient néanmoins le FC Sion, directement qualifié en tant que vainqueur de la Coupe de Suisse, en play-off. Ces derniers, qui se disputeront sur le mode aller-retour les 20 et 27 août, constituent l'ultime marche avant la phase de poules qui, si elle demeure moins attractive financièrement que celle de la Ligue des champions, garantit quand même quelques recettes intéressantes.

Llorente barre la route à Young Boys

«Je me méfie de Fernando Llorente. C'est un attaquant de classe européenne. Il me fait penser à Luca Toni (n.d.l.r.: buteur du Bayern de Munich), mais en plus rapide et plus technique.» La confession de l'entraîneur Bernois Vladimir Petkovic, dans les colonnes du Blick, a évolué en fâcheuse prémonition jeudi soir.

La vedette de l'Athletic Bilbao (195 cm) n'a trottiné qu'une vingtaine de minutes avant de déposer le ballon dans les filets de Marco Wölfli, lequel avait jusque-là suivi la rencontre d'un oeil distrait. Tombeur des Basques une semaine plus tôt (1-0), YB avait répété le scénario du match aller: préparation confidentielle, ambitions avouées et statut d'outsider soigneusement revendiqué.

YB s'est contenté de valoriser son savoir-faire: pas de marquage individuel et relais permanent avec la célébrité locale Seydou Doumbia. Cela n'a pas suffi. «On n'a pas été bons sur coups de pied arrêtés, a déploré Gilles Yapi, expulsé dans les arrêts de jeu. Mais sur l'ensemble du match on n'a franchement pas démérité.»

Les Basques prendront connaissance vendredi après-midi de leur prochaine destination européenne. Fernando Llorente en profitera pour «remercier Bilbao en marquant des buts». Dragué par Tottenham et le Bayern, il Munich, l'attaquant de 24 ans vient de prolonger jusqu'en 2013 avec la formation espagnole.

Seront également concernés par le tirage de vendredi le FC Sion et, en Ligue des champions, le FC Zurich.

YB - Athletic Bilbao 1-2 (0-1): festival Doumbia

Seydou Doumbia a allumé la première mèche bernoise à la 10’. Profitant d’une approximation du défenseur basque Ocio, l’attaquant a filé au but sans réussite, son envoi flirtant avec la barre transversale. Huit minutes plus tard, le même Doumbia a débordé sur l’aile droite puis servi parfaitement Degen, mais le milieu s’est heurté au portier Iraizoz. Contre le cours du jeu, c’est l’attaquant de Bilbao Llorente qui a donné l’avantage aux siens de la tête (26’). Maladroits devant le but, les locaux ont manqué l’occasion d’égaliser à vingt minutes du terme lorsque l’envoi de Doumbia, seul aux six mètres, a atterri dans les bras du gardien espagnol. C’est finalement l’Athletic Bilbao qui a assuré sa qualification grâce à la réussite de Muniain sur corner (73’). Frimpong sauvera l’honneur bernois dans les arrêts de jeu. (jca)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!