Actualisé 11.01.2015 à 16:43

Montreux (VD)Ballottage général au premier tour

Le premier tour de l'élection complémentaire à la municipalité de Montreux se termine sur un ballottage général.

Le PLR Jean-Baptiste Piemontesi arrive en tête devant le socialiste Olivier Gfeller. Emmanuel Gétaz et Jean-Claude Doriot sont largement distancés.

Sans surprise, il faudra attendre le deuxième tour, le 1er février, pour connaître le nom du successeur de la PLR Edith Willi. Dimanche, Jean-Baptiste Piemontesi a obtenu le meilleur score avec 1943 suffrages (40%), devant le socialiste Olivier Gfeller (1635 suffrages, 33,6%), a annoncé la commune.

Le deuxième tour se jouera entre ces deux hommes, même si un troisième, voire un quatrième candidat restent dans la course. Nouveau en politique, l'entrepreneur indépendant Jean-Baptiste Piemontesi, 55 ans, a pris l'avantage et devance de 308 voix son adversaire. «C'est important d'être en tête, car il y avait beaucoup d'inconnues avant le scrutin. Les gens sont derrière nous, ils soutiennent les orientations de la municipalité».

A Montreux, troisième ville du canton, le PLR détient actuellement la majorité avec quatre sièges, contre trois à la gauche (2 PS et 1 Vert). Un basculement de la majorité à gauche n'est pas totalement exclu, même si le PLR pour l'heure conserve clairement l'avantage.

Vote utile

«Cela reste très ouvert pour le second tour», estime le socialiste Olivier Gfeller. Cet ancien enseignant et député de 47 ans, actuel collaborateur personnel de la conseillère d'Etat Anne-Catherine Lyon, se dit «satisfait» de son score, car il craignait que le candidat PLR, qui a l'appui de l'UDC, soit élu dès le premier tour.

Il compte sur «un vote utile» au second tour pour grappiller des voix supplémentaires. Dimanche, les voix de gauche étaient «un peu plus dispersées» que celles de droite, selon lui.

Emmanuel Gétaz, de Montreux Libre, (877 suffrages, 18%), estime avoir pris des voix aux Verts. Il maintient sa candidature au second tour: «On trace notre route et on s'installe dans le paysage politique», a-t-il dit en rappelant que son parti centriste n'a que huit ans.

Retour en politique

L'ancien municipal socialiste Jean-Claude Doriot a obtenu 360 voix, soit 7,4% des suffrages sous la bannière de «Montreux et ses villages». Il tentait un retour en politique comme indépendant après sa démission en 2010 suite à sa condamnation à 15 mois de prison avec sursis pour acceptation d'un avantage.

«Je suis très satisfait, car je suis parti seul dans cette aventure sans soutien politique», a-t-il relevé. Il décidera lundi s'il maintient sa candidature au deuxième tour. A plus long terme, il souhaite présenter une liste pour les élections communales générales de 2016. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!