Actualisé

FootballBalotelli et Brescia ne freinent pas la Juventus

Sur sa pelouse, Brescia a été battu par la Juventus (1-2) lors de la cinquième journée de championnat.

Mario Balotelli (à g.) n'a rien pu faire face à Cuadrado.

Mario Balotelli (à g.) n'a rien pu faire face à Cuadrado.

AFP

Pour son retour en Italie après plus de trois ans d'absence, Mario Balotelli n'a pas pu aider Brescia à bloquer la Juventus, qui s'est imposée 2-1 mercredi en ouverture de la 5e journée de Serie A, dont le club turinois prend provisoirement la tête.

Avec ce succès, la Juventus s'installe en première position avec 13 points. Mais l'Inter Milan aura mercredi l'occasion de repasser devant en cas de nul ou de victoire face à la Lazio Rome.

Les Turinois ont été rapidement menés au score sur un but d'Alfredo Donnarumma (4e), meilleur buteur de Serie B la saison dernière et déjà auteur cette saison de quatre buts en cinq matches dans l'élite.

La Juve a égalisé avant la pause sur un but contre son camp de Chancellor sur corner (40e). Après la pause, les bianconeri ont pris le contrôle du match et ont trouvé l'ouverture par Pjanic d'une belle volée du droit après un coup franc de Dybala repoussé par le mur (63e).

Balotelli et Rabiot peu en évidence

Les premières titularisations de la saison pour Balotelli et, côté Juventus, pour Adrien Rabiot, étaient les deux petits événements de l'avant-match entre le promu et le champion.

Ni l'attaquant italien ni le milieu français ne se sont particulièrement illustrés, mais Balotelli a réussi un match correct, gênant les défenseurs turinois par son jeu de corps et se signalant par une frappe terrible sur coup franc.

Parti d'Italie en mai 2016, Balotelli a donc retrouvé la Serie A sous le maillot de Brescia, le club de la ville où il a grandi. Il n'a fait ses débuts que lors de cette 5e journée à cause d'une suspension de quatre matches, héritage de son passage à Marseille, conclu sur un tacle violent contre le Montpelliérain Daniel Congré.

Sans Cristiano Ronaldo

Côté turinois, Maurizio Sarri avait changé ses plans pour s'adapter à l'absence sur blessure de Cristiano Ronaldo, installant un 4-3-1-2 avec Ramsey en meneur de jeu et Rabiot titulaire à gauche du milieu de terrain.

L'ancien Parisien a d'abord eu beaucoup de mal et a livré une première heure très terne. Il a mieux fini, semblant prendre un peu confiance, mais malgré une belle occasion sur une volée du droit sauvée sur sa ligne par Chancellor, il a globalement semblé loin de son meilleur niveau.

(nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!