Haïti: Ban Ki-moon charge Bill Clinton de représenter l'ONU
Actualisé

HaïtiBan Ki-moon charge Bill Clinton de représenter l'ONU

L'ex-président des Etats-Unis Bill Clinton a été nommé émissaire spécial de l'ONU pour Haïti par le secrétaire général de l'organisation Ban Ki-moon, a annoncé mardi une porte-parole.

Haïti est l'un des pays les plus pauvres de la planète.

«Cette nomination s'inspire de l'engagement extensif de M. Clinton pour la cause d'Haïti, lorsqu'il était à la Maison Blanche et plus récemment par son appel à l'action pour Haïti dans le cadre de l'Initiative Clinton en septembre 2008», a déclaré la porte-parole de l'ONU, Marie Okabe.

Dans son nouveau rôle, l'ancien président démocrate «aidera à galvaniser les efforts de reconstruction sociale et économique en Haïti». Il portera une attention particulière à la sélection de nouveaux partenaires et de nouvelles actions du secteur privé, de la société civile et des donateurs, a-t-elle ajouté.

M. Ban est convaincu que M. Clinton «apportera énergie, dynamisme et concentration afin de maintenir l'intérêt du monde pour les efforts de reconstruction d'Haïti», a-t-elle encore dit.

«C'est un honneur»

Bill Clinton avait déjà joué un rôle d'émissaire spécial de l'ONU lorsqu'il avait été chargé de coordonner les efforts de reconstruction après le tsunami qui avait dévasté plusieurs pays d'Asie du sud fin 2004.

C'est un honneur d'accepter l'offre du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, a dit M. Clinton dans un communiqué publié par le «Miami Herald».

Un diplomate a indiqué que la désignation de Bill Clinton constituait «un choix excellent» pour convaincre les investisseurs à développer leurs activités en Haïti.

En mars dernier, MM. Ban et Clinton se sont rendus ensemble en Haïti. Ils ont exhorté la communauté internationale à continuer à aider le pays dévasté. Les participants à une conférence des donateurs à Washington ont accepté en avril de verser une aide de 324 millions de dollars pour la reconstruction d'Haïti.

Le pays, en proie aux violences et à une instabilité politique chronique pendant de nombreuses années, a multiplié les efforts pour rétablir la paix et une certaine stabilité, a reconnu M. Ban. Quelque 9000 casques bleus sont toujours présents en Haïti afin de participer au maintien de la paix sociale.

Note aux rédactions: Dépêche entièrement remaniée

(ats)

Ton opinion