Actualisé

GuinéeBan Ki-moon enquête sur les violences

Le secrétaire général de l'ONU a initié une enquête internationale sur la tuerie survenue le 28 septembre en Guinée lors d'une manifestation d'opposants à la junte, ont annoncé vendredi les Nations unies.

Le Conseil de sécurité a condamné les faits cette semaine.

Des militaires avaient ouvert le feu sur la foule dans le stade de Conakry, faisant 157 morts et plus d'un millier de blessés selon une association locale de défense des droits de l'homme.

Le Conseil de sécurité de l'ONU pas allé jusqu'à soutenir explicitement l'enquête diligentée par M. Ban. Selon des diplomates, la Russie s'y est opposée au motif qu'elle ne souhaitait pas interférer dans la politique intérieure d'un Etat.

Le gouvernement militaire de Guinée, dirigé par le capitaine Moussa Dadis Camara, a promis de coopérer à l'enquête de l'ONU. Camara s'est porté au pouvoir en décembre 2008 dans la foulée de la mort de l'ancien président Lansana Conté.

L'enquête sera dirigée par le diplomate et juriste algérien Mohamed Bedjaoui. La Burundaise Françoise Ngendahyo Kayiramirwa, ancienne membre de la Cour pénale internationale pour le Rwanda, et la Mauricienne Pramila Patten, membre du comité de l'Onu contre la discrimination envers les femmes, en feront également partie.

Les conclusions de l'enquête seront remises à Ban Ki-moon, qui jugera alors s'il convient de les transmettre au Conseil de sécurité.

Le procureur de la Cour pénale internationale de la Haye a fait savoir qu'il enquêtait également sur le massacre. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!