Conférence du désarmement: Ban Ki-moon et Calmy-Rey saluent une nouvelle dynamique
Actualisé

Conférence du désarmementBan Ki-moon et Calmy-Rey saluent une nouvelle dynamique

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est félicité mardi à Genève d'une nouvelle dynamique dans les efforts de désarmement.

La conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey s'est exprimée dans le même sens en saluant «un moment d'espoir».

»On assiste en ce moment à nombre d'initiatives de la part d'Etats nucléaires et non-nucléaires qui fournissent un nouvel élan», a déclaré Ban Ki-moon à la reprise des travaux de la conférence du désarmement.

M. Ban s'est dit en particulier «encouragé» par la reprise, ce mardi à Moscou, des négociations entre les Etats-Unis et la Russie sur la réduction de leurs arsenaux nucléaires.

»Je suis encouragé par les récentes déclarations du président américain Obama et du président russe Medvedev de commencer les discussions pour remplacer un traité de contrôle des armes nucléaires datant de la Guerre froide et de travailler à la réduction de l'arsenal nucléaire dans le monde», a affirmé le secrétaire général de l'ONU.

Les différences restent importantes

Il a souhaité que les 66 Etats membres de la conférence utilisent ces «signaux positifs» pour relancer leurs efforts multilatéraux. Il a reconnu que les différences restent importantes, tout en affirmant qu'elles ne sont pas insurmontables et qu'elles ne sont pas une excuse pour la paralysie.

»C'est le moment de rompre avec plus de dix ans d'impasse», a déclaré Ban Ki-moon. Une proposition de lancer des négociations sur un traité d'interdiction de la production de matières fissiles à des fins militaires avec un mécanisme de vérification est sur la table.

Percée tant attendue

S'exprimant immédiatement après le secrétaire général de l'ONU, la cheffe du Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) a estimé que la conférence «s'approche de la percée tant attendue depuis plusieurs années».

Faisant état de «signaux très encourageants», elle s'est jointe à l'appel de Ban Ki-moon pour que la conférence «adopte rapidement un programme de travail». La conseillère fédérale a souligné que la situation internationale est «mûre pour que la conférence soit à nouveau en mesure de négocier».

Outre la volonté des Etats-Unis et de la Russie de relancer les négociations sur une réduction de leurs armes nucléaires, Mme Calmy- Rey a constaté «un changement d'atmosphère encourageant» lors des négociations à New York du comité préparatoire du traité sur la non- prolifération nucléaire (TNP).

La conseillère fédérale a affirmé que la Suisse souhaite «apporter sa pleine contribution à la vision d'un monde sans armes nucléaires». «La conférence du désarmement ne peut pas se permettre de laisser passer l'opportunité qui se présente aujourd'hui», a insisté Mme Calmy-Rey.

(ats)

Ton opinion