Affaire Kadhafi: Ban Ki-moon va «voir ce qu'il est possible de faire»
Actualisé

Affaire KadhafiBan Ki-moon va «voir ce qu'il est possible de faire»

Le secrétaire général de l'ONU va «voir ce qu'il est possible de faire» pour aider à régler le contentieux entre la Suisse et la Libye.

Il l'a affirmé lundi à Genève en réponse à la question d'un journaliste.

«L'ONU a toujours joué un rôle de médiation chaque fois qu'il le fallait. C'est tout-à-fait approprié», a déclaré Ban Ki-moon. «Je sais que la Suisse a des problèmes avec le gouvernement de la Libye et que des négociations ont lieu entre les deux gouvernements», a-t- il dit.

«Je suis de près l'évolution de ces négociations et je verrai à quel moment intervenir, s'il le faut et si c'est approprié, et si les parties me le demandent, je n'épargnerai aucun effort», a poursuivi le secrétaire général de l'ONU.

Diplomatie tranquille

Il a confié avoir rencontré le colonel Kadhafi récemment, notamment parce que le chef de l'Etat libyen assure la présidence de l'Union africaine. «Il se fait que je maintiens un bon dialogue avec lui et que je peux essayer de lui parler», a ajouté Ban Ki-moon.

«Je ne peux parler d'un engagement ferme. La situation est très délicate. Dans ce genre de situation parfois, il faut procéder de façon tranquille, faire de la diplomatie tranquille. Je vais voir ce qu'il est possible de faire à ce stade», a conclu Ban Ki-moon. C'est la première fois que le secrétaire général de l'ONU prend publiquement position sur le différend entre la Suisse et la Libye.

(ats)

Ton opinion