Zurich: Banc enlevé car trop squatté par des marginaux
Publié

ZurichBanc enlevé car trop squatté par des marginaux

Les transports publics de Zurich ont fait démonter un banc en bois à un arrêt de bus de la ville parce qu'il était trop souvent occupé par des SDF et autres personnes en marge de la société.

par
jen/ofu
photo: Kein Anbieter

L'arrêt de bus Militär-/Langstrasse à Zurich était un lieu apprécié des marginaux pour se reposer, dormir ou tout simplement boire une bière. Mais ces personnes devront désormais trouver un autre endroit où passer leur temps. Le banc en bois qui s'y trouvait a en effet disparu depuis mardi, écrit ce jeudi matin «20 Minuten».

«Nous avons reçu des dizaines de plaintes de la part d'habitants et de commerçants du coin», explique le porte-parole des transports publics zurichois (VBZ), Andreas Uhl. «Il n'y avait pas d'autre moyen que de faire enlever le banc et le remplacer par une solution plus pragmatique.» Par «solution pragmatique», il fait allusion aux deux planches en bois qui ont été installées contre un des murs de l'arrêt de bus et permettant aux passagers de s'appuyer contre.

Commerçants mécontents

Andreas Uhl explique que ces planches ont déjà été installées dans le passé dans plusieurs autres arrêts, mais pour des questions de place. «C'est vrai que nous aurions eu suffisemment de place à la Langstrasse pour laisser le banc, mais ça ne sert à rien si nous recevons en permanence des appels de passagers, habitants et commerçants mécontents.»

Nos collègues alémaniques se sont rendus sur place pour voir comment la mesure est acceptée par les personnes du quartier. Et les avis sont mitigés. «C'est exactement ce qu'il fallait. J'ai souvent vu ici des personnes bourrées et droguées», se réjouit une habitante de la ville. Chez Marco Di Renzo, le magasin d'habits situé juste derrière l'arrêt de bus, la mesure est également saluée: «Cette situation n'était vraiment pas idéale pour notre établissement.»

Moins de toxicomanes qu'il y a 16 ans

Un autre habitant de la ville des bords de la Limmat est en revanche beaucoup moins compréhensif et critique la décision des VBZ: «Chaque personne devrait pouvoir s'asseoir où elle veut», estime le trentenaire qui ajoute que les marginaux font partie de ce quartier. Son avis est partagé par une Zurichoise de 15 ans: «Ce n'est pas bien d'avoir enlevé le banc. Les gens qui sont à la rue ont eux aussi le droit de s'asseoir ou de se coucher où ils veulent.»

Interrogé, Christian Fishcer, de l'institution sociale SIP appartenant à la ville, pense lui aussi qu'enlever le banc ne va pas régler le problème. Il note par ailleurs que la situation à la Langstrasse s'est fortement calmée au cours de ces dernières années. «Il y a moins de toxicomanes qu'il y a 16 ans.»

Voici le reportage vidéo effectué en allemand par nos collègues de 20 Minuten:

VBZ entfernen Sitzbank wegen Randständigen

Bei der VBZ-Haltestelle Militär-/Langstrasse kann man nicht mehr sitzend auf den Bus warten. Grund: Anwohner sind genervt von den Randständigen, die sich dort ausruhen.

Ton opinion