Actualisé 07.10.2010 à 06:27

Affaire BettencourtBanier «souhaite un procès pour en finir»

L'écrivain-photographe français François-Marie Banier, accusé d'abus de faiblesse sur la milliardaire française Liliane Bettencourt, a affirmé qu'il «souhaite un procès pour en finir rapidement» avec cette affaire.

François-Marie Banier a toutefois dénoncé une «instruction à charge».

François-Marie Banier a toutefois dénoncé une «instruction à charge».

François-Marie Banier, vieil ami de la famille, est accusé par la fille de l'héritière Françoise Bettencourt-Meyers d'abus de faiblesse sur sa mère pour avoir obtenu au fil des années près d'un milliard d'euros de dons en assurances-vie et en tableaux dans les années 1990 et 2000.

«Il y a une instruction à charge et aujourd'hui je souhaite un procès pour en finir rapidement avec cette entreprise de démolition faite par des professionnels», a dit l'artiste dans une interview exclusive à l'AFP.

«Ces dons sont énormes mais on ne se rend pas compte de l'étendue de sa fortune. On ne peut pas mettre un prix à tout. Elle m'a donné de l'argent comme d'autres donnent leur temps ou leur corps», explique-t-il, sans préciser le montant de ces dons.

Critique évoquée

François-Marie Banier sort de son silence, peu après la publication jeudi d'un entretien dans l'hebdomadaire «Paris Match», de Liliane Bettencourt qui prend ses distances avec l'artiste, un ami «qui veut toujours plus» d'argent et est «devenu trop fatigant» depuis le début de l'affaire Bettencourt.

«C'est une femme fatale, elle fait ce qu'elle veut», dit-il, tout en assurant: «entre Liliane et moi, ce ne sera jamais tout à fait fini».

Interrogé sur le «problème d'argent» avancé par Mme Bettencourt, l'écrivain-photographe se dit «blessé mais ses propos prouvent à quel point elle n'est pas naïve».

Suggestion lancée

«L'argent ne comptait pas et Liliane voulait que j'en ai. Où est le mal? Pendant sept ans, j'ai refusé. Vous en connaissez beaucoup vous des gens qui refusent des hôtels particuliers?», s'interroge-t- il.

Accusé d'abus de faiblesse sur Liliane Bettencourt, le photographe devait être jugé début juillet par le tribunal correctionnel de Nanterre. Mais son procès a été renvoyé sine die en raison des rebondissements suscités par la divulgation des écoutes de conversations entre Mme Bettencourt et ses proches.

Selon ces enregistrements, Mme Bettencourt aurait fait l'acquisition avec son mari André Bettencourt, décédé en 2007, de l'île d'Arros, aux Seychelles, sans l'avoir déclaré au fisc. Toujours selon ces écoutes, elle aurait depuis cédé l'île à M. Banier.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!