Environnement: Bannir la promo du greenwashing ne convainc pas à Berne

Publié

EnvironnementBannir la promo du greenwashing ne convainc pas à Berne

Le Conseil national a refusé, jeudi, d’entrer en matière sur une initiative parlementaire qui visait les produits vendus comme étant écolos, sans l’être réellement.

Une action de Greenpeace contre le greenwashing sur la Paradeplatz de Zurich, en septembre 2021.

Une action de Greenpeace contre le greenwashing sur la Paradeplatz de Zurich, en septembre 2021.

20min/Marco Zangger

Le greenwashing, ou écoblanchiment en français, soulève toujours plus de critiques de la part des milieux écologistes. Ces derniers dénoncent des entreprises qui promettent d’avoir pris le tournant énergétique dans des campagnes de publicité ou de communication sans véritablement apporter des changements concrets sur leur impact écologique.

La conseillère nationale Isabelle Pasquier-Eichenberger (Les Verts/GE) voulait que le Conseil fédéral agisse pour interdire ce genre de réclames jugées mensongères via une initiative parlementaire. Son texte n’a pas trouvé grâce aux yeux du Conseil national, qui a refusé ce jeudi d’entrer en matière dès l’examen préalable.

«Difficile à mettre en œuvre»

L’élue avait attaqué le greenwashing sous l’angle de la concurrence déloyale, estimant notamment que cette méthode «offre un avantage indu sur d’autres marques qui elles s’engagent pour réduire leur impact sur le climat».

La commission en charge d’examiner la proposition avait déjà en majorité rejeté les arguments de l’écologiste genevoise, ouvrant la voie d’un blocage par la Chambre du peuple. La commission a estimé que le cadre juridique est suffisant en suisse, renvoyant à la loi sur l’agriculture et à la loi sur les denrées alimentaires, qui «contiennent déjà des dispositions sur la protection contre la tromperie, assorties également de sanctions pénales».

Par ailleurs, elle a considéré qu’une telle interdiction serait difficile à mettre en œuvre, car déterminer si un produit donné peut être présenté comme climatiquement neutre ou respectueux de l’environnement «engendrerait une importante charge administrative».

(jba)

Ton opinion

8 commentaires