Actualisé 29.09.2011 à 13:47

Affaire DSK-Banon

Banon veut voir DSK en Cour d'assises

Plusieurs organisations féministes se sont rassemblées à Paris à l'appel de Tristane Banon, qui accuse Dominique Strauss-Kahn de tentative de viol. Elle dit «espérer» un procès.

Tristane Banon, la Française qui accuse l'ancien directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn de tentative de viol, a dit samedi «espérer» que son affaire, actuellement au stade d'une enquête préliminaire, aboutira à un procès devant une Cour d'assises.

«Je suis assez heureuse de voir que la justice suit son cours. Ils ont décidé jusqu'à présent de traiter M. Dominique Strauss-Kahn comme un justiciable comme un autre (...) J'espère que tout ça finira devant une Cour d'assises», a-t-elle déclaré devant une foule de journalistes et d'une centaine de manifestants venus la soutenir lors d'un rassemblement à Paris.

«La justice fera son travail»

La veille, le parquet de Paris a annoncé vouloir confronter Dominique Strauss-Kahn à Tristane Banon, qui l'accuse de tentative de viol en 2003, ce que l'ex-patron du FMI qualifie d'«imaginaire».

«Evidemment j'ai peur. Evidemment je ne vais pas dormir la veille», a répondu Tristane Banon à des journalistes qui l'interrogeaient sur la perspective de cette confrontation.

Tristane Banon, une journaliste et romancière âgée aujourd'hui de 32 ans, s'est dite toutefois «convaincue que la justice fera son travail».

«Je n'avais rien à gagner ici. Ni une notoriété dont je ne souhaite à personne de l'avoir, ni de l'argent», a insisté la jeune femme qui a déclaré que si elle gagnait de l'argent, elle le donnerait «à des associations».

«J'avais tout à perdre, et à certains égards j'ai tout perdu», a déclaré la jeune femme, très émue, souhaitant «que les choses changent et qu'il n'y ait pas d'autres Tristane Banon car ce n'est pas drôle aujourd'hui d'être Tristane Banon».

Confrontation prochaine

Tristane Banon a indiqué à plusieurs reprises cette semaine qu'elle souhaitait être confrontée à celui qu'elle accuse pour qu'il lui «dise droit dans les yeux» que les faits qu'elle dénonce sont «imaginaires».

La jeune femme avait porté plainte contre DSK en juillet, alors que l'ancien patron du Fonds monétaire international (FMI) était sous l'accusation d'une tentative de viol sur une femme de chambre dans la suite d'un hôtel de New York le 14 mai.

Au terme de l'enquête préliminaire, le parquet de Paris aura plusieurs choix: déclarer que les faits, qui remontent à 2003, sont prescrits, classer sans suite ou confier une information judiciaire à un juge d'instruction, ouvrant la voie à un possible procès.

Si l'accusation de tentative de viol était retenue par un juge, le procès pourrait se tenir devant une Cour d'assises, juridiction chargée en France des crimes les plus graves.

Mais la décision du parquet pourrait ne pas intervenir avant «des semaines», selon une source judiciaire.

La police judiciaire parisienne, chargée de l'enquête préliminaire, a déjà entendu une vingtaine de témoins, dont Tristane Banon et DSK. L'ex-patron du FMI a concédé lors de son audition avoir fait «des avances» à la jeune femme, mais a réfuté toute violence, selon une source proche de l'enquête.

Dominique Strauss-Kahn est rentré libre en France le 4 septembre, après l'abandon des poursuites pénales à New York. Il est arrivé jeudi à Marrakech, au Maroc, pour une visite privée.

Tristane Banon lors de la manifestation

(images: BFM tv) (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!