«Le changement est arrivé en Amérique»: Barack Obama va devoir agir vite pour rassurer une Amérique inquiète
Actualisé

«Le changement est arrivé en Amérique»Barack Obama va devoir agir vite pour rassurer une Amérique inquiète

Le président élu Barack Obama va devoir agir vite pour rassurer une Amérique inquiète sur son avenir et qui a lui a donné un quasi blanc-seing mardi en l'élisant avec une majorité écrasante et en renforçant la domination démocrate au Congrès.

«Le changement est arrivé en Amérique», a annoncé M. Obama à ses partisans les appelant à faire preuve d'unité et de patience pour faire face aux défis qui attendent les Etats-Unis.«La route sera longue. Le chemin sera escarpé. Nous n'atteindrons peut-être pas notre but en un an, ou même en un mandat. Mais, Amérique, je n'ai jamais eu autant d'espoir que ce soir et nous y arriverons. Je vous le promets, nous les Américains y arriverons», a-t-il dit.Le président élu va hériter d'une situation économique extrêmement difficile. Les Etats-Unis, et le monde dans leur sillage, traversent la plus grave crise financière depuis celle de 1929. Le pays est engagé dans deux guerres, en Irak et en Afghanistan. Quelque 152.000 soldats américains sont toujours déployés en Irak plus de cinq ans après l'invasion de ce pays et 32.000 soldats américains se trouvent en Afghanistan, six ans après le début de la guerre contre le terrorisme.M. Obama avait gagné en partie l'investiture démocrate contre sa rivale Hillary Clinton en promettant de retirer les soldats américains d'Irak «de façon responsable» dans un délai de 16 mois et de nombreux démocrates l'attendent sur ce point.Avant même de prendre ses fonctions dans le bureau ovale de la Maison Blanche le 20 janvier prochain, M. Obama va devoir expliquer comment il compte relancer l'économie du pays et composer avec un déficit public proche de 500 milliards de dollars. Le choix qu'il proposera pour le poste de secrétaire au Trésor devrait être significatif.Durant la campagne, M. Obama a mis en place un groupe de conseillers économiques où se retrouvent les anciens secrétaires au Trésor clintoniens Robert Rubin et Lawrence Summers. Ce dernier est souvent cité pour reprendre ses fonctions. Le nom du président de la Réserve fédérale de l'Etat de New York, Tim Geithner, est parfois avancé ainsi que celui de l'ancien président de la Fed, Paul Volcker.M. Obama devra également imposer son autorité à un Congrès qui pourrait se montrer trop impatient.C'est la première fois depuis 1992 que les démocrates contrôlent à la fois la Maison Blanche et le Congrès.M. Obama devra également prendre garde à ne pas décourager l'immense espoir qu'il a fait naître dans l'électorat.Selon des sondages effectués à la sortie des urnes, plus de la moitié des électeurs ont affirmé que l'économie était leur principal sujet de préoccupation et pour 93% des électeurs l'état de l'économie américaine n'est pas bon.M. Obama a obtenu la majorité des voix de ces électeurs inquiets.Le premier président noir de l'histoire des Etats-Unis peut se targuer d'avoir obtenu environ la moitié des voix de l'électorat blanc, la quasi totalité des voix de la communauté noire et les voix de deux Américains d'origine hispanique sur trois.La période de transition va durer deux mois et demi, un délai à la fois long et extrêmement court.«A l'heure où nous célébrons la victoire ce soir, nous savons que les défis de demain sont les plus importants de notre existence -- deux guerres, une planète en péril, la plus grave crise financière depuis un siècle», a rappelé M. Obama. «Il y aura des revers et des faux départs. Nombreux sont ceux qui ne seront pas d'accord avec chaque décision que je prendrai en tant que président et nous savons que le gouvernement ne peut résoudre tous les problèmes. Mais je serai toujours honnête avec vous quant aux défis auxquels nous sommes confrontés. Je vous écouterai, particulièrement lorsque nous serons en désaccord», a-t-il ajouté.Tous les indicateurs sont au rouge. Le taux de chômage atteint 6,1% et les prévisions pour l'an prochain sont pessimistes. Les consommateurs n'ont plus le moral. La crise immobilière n'est pas terminée. Les comptes de l'assurance-santé et de l'assurance-vieillesse sont plombés.M. Obama, 47 ans, n'a siégé au Sénat que deux ans avant d'être élu président.

Le discours de Barack Obama

La joie lors de l'annonce de la victoire de Barack Obama à l'hôtel Richmond

$$VIDEO$$ (afp)

Ton opinion