Ligue des Champions : Barcelone bat l'AC Milan 3 à 2
Actualisé

Ligue des Champions Barcelone bat l'AC Milan 3 à 2

Le FC Barcelone a décroché la première place du groupe H de Ligue des champions et assumé son rang de «meilleure équipe du monde» en dominant l'AC Milan à San Siro (3-2) dans un match débridé, mercredi.

Le Barça a pris l'avantage par trois fois.

Le Barça a pris l'avantage par trois fois.

Une ode au football. Dans ce match, il y a eu des buts spectaculaires comme celui de Boateng, des remontées au score (le Milan deux fois), une ambiance exceptionnelle et même une histoire, puisqu'Ibrahimovic a marqué contre son ancien équipe, après quinze jours de polémiques sur ses propos peu amènes contre ses ex-entraîneur et coéquipiers dans son autobiographie «Moi Zlatan».

L'enjeu n'étant «que» la première place du groupe, les deux équipes ont offert un spectacle à la hauteur de leurs réputations. Le Milan, légèrement moins génial que le Barça, a vendu chèrement sa peau, et tout de même rivalisé sur le plan du jeu, répondant par des attaques rapides.

Le double «360°» de Clarence Seedorf entre deux défenseurs catalans, dès la 4e minute, avait donné le ton d'un match échevelé.

Le festival s'est ouvert sur une action de Seydou Keita, déboulant dans la surface pour centrer vers Xavi, mais Mark van Bommel, mal inspiré, envoyait le ballon dans les filets (14).

Le Milan a réagi avec l'orgueil de ses champions. Après que Robinho a raté un éléphant dans un couloir sur un centre de Kevin-Prince Boateng (19), expédiant inexplicablement le ballon au-dessus, l'égalisation est venue des pieds des deux artistes milanais: Seedorf décalait le ballon pour Zlatan Ibrahimovic dans la surface, qui punissait Victor Valdes (20).

Mais le Milan n'a tenu qu'une dizaine de minute. Le Barça confisquait de nouveau le ballon et Christian Abbiati devait détourner sur la transversale une frappe de Lionel Messi, servi par Cesc Fabregas (23).

Dommage que le quintet arbitral ne se soit pas mis au diapason et ait accordé un penalty un peu gâte-sauce au Barça, pour une touchette d'Aquilani sur Xavi. Lionel Messi l'a transformé (31), en deux fois, devant retirer après avoir marqué un net temps d'arrêt (et reçu un avertissement).

David Villa a failli tuer le match dans l'instant suivant mais Abbiati a encore détourné la frappe sur la barre.

Troisième avantage

Les «Rossoneri» refaisaient surface après la pause, sur un but d'anthologie de Boateng: contrôle en extension, talonnade pour lui-même derrière sa jambe d'appui et frappe puissante (54), faisant exploser de joie San Siro.

Mais le Barça a pris une troisième fois l'avantage, sur une passe en profondeur de Messi pour Xavi dans l'axe. Le N.6 catalan signait le troisième but, lui qui avait, chose inhabituelle, raté deux passes dans le match.

Dans le dernier quart d'heure, le Milan a baissé pavillon et n'a plus eu assez de jus, manquant de précision devant le but catalan. Mais les acteurs avaient beaucoup donné et les 80'000 personnes applaudirent debout les deux équipes. (afp)

Ton opinion