Sneakersmess au Luxembourg: Barry, 14 ans: «J'en ai pour 4'000 euros de sapes»
Publié

Sneakersmess au LuxembourgBarry, 14 ans: «J'en ai pour 4'000 euros de sapes»

Comme à chaque édition, la Sneakermess a accueilli des jeunes amateurs de luxe et de streetwear prêts à dépenser sans limite. Témoignages.

par
th
1 / 4
Les visiteurs en quête de bonnes affaires étaient présents dés l'ouverture, à 10h.

Les visiteurs en quête de bonnes affaires étaient présents dés l'ouverture, à 10h.

Plus de 4'000 personnes sont venues flairer la bonne affaire à la Sneakermess à Luxexpo The Box, où plus de 80 exposants étaient réunis dimanche.

Plus de 4'000 personnes sont venues flairer la bonne affaire à la Sneakermess à Luxexpo The Box, où plus de 80 exposants étaient réunis dimanche.

«J'en ai pour 4'000 euros de sapes sur moi: un bob Hermès, un tee-shirt "box logo" Supreme, des sneakers Human Race et une paire de chaussette Vêtements.» Barry, 14 ans, présente fièrement son look de parfait «hypebeast», terme qui désigne ces petits rois du style à l'affût des dernières nouveautés du luxe et du streatwear.

Comme plus de 4'000 personnes, l'adolescent de Luxembourg est venu flairer la bonne affaire à la Sneakermess à Luxexpo The Box, où plus de 80 exposants étaient réunis dimanche. Mais à la différence de la majorité des visiteurs, lui et ses copains sont venus avec la ferme intention de dépenser sans compter!

«C'est une affaire»

«J'ai payé 3'000 euros pour une paire de Jordan 1 et des Nike Presto X Off-White. Les "1" m'auraient coûté 1'000 euros sur Internet, je les ai touchées à 500. C'est une affaire», explique Josh, 13 ans, de Bridel. «Pourquoi je fais cela? Pour le style bien sûr!»

Revendues très chères sur le marché d'occasion, les sneakers les plus demandées du moment s'arrachent à prix d'or. Les Nike X Off White, les Yeezys, les Nike Air Max 1/97 «Sean Wotherspoon» ou encore les Jordan 1 Travis Scott sont disponibles à des montants démentiels pour le commun des mortels.

Attention aux arnaques

Ce qui mécaniquement laisse planer la menace de l'arnaque... Si la Sneakermess permet de se prémunir des «fakes» (faux), certains revendeurs n'hésitent pas à profiter de l'enthousiasme des jeunes adolescents férus de marques. C'est pourquoi Kevin, 26 ans, veille au grain sur ses jeunes amis. «Je les aide à négocier et je montre au vendeur que je connais bien le produit. C'est le meilleur moyen de ne pas payer trop cher!». (th/20 minutes)

Ton opinion