Actualisé 02.04.2013 à 16:22

«Le repenti»Bas les armes!

Avec «Le repenti», le réalisateur de «Bab El Oued City» plonge une nouvelle fois dans le quotidien de l'Algérie.

de
Catherine Magnin

Depuis l'an 2000, le Gouvernement algérien propose l'amnistie aux jihadistes qui quittent le maquis et rendent les armes. Plus facile à dire qu'à faire dans un pays miné par un esprit revanchard, la corruption et la manipulation. C'est ce qu'illustre habilement Merzak Allouache dans «Le repenti». Il est projeté dès aujourd'hui, à Genève, et, dès vendredi au City Club, à Pully, avec trois autres films dans le cadre du cycle «L'odeur du jasmin».

Printemps arabe vu d’Algérie

Parallèlement à la sortie du «Repenti» sur nos écrans, il est intéressant de découvrir «Normal!», le précédent film, inédit, de Merzak Allouache. Il raconte comment un cinéaste réunit ses comédiens pour discuter de la manière de finir son film en intégrant les événements du Printemps arabe. L’occasion de se demander, à bâtons rompus, si l’art vaut mieux que l’action, ou quels risques prendre pour contourner la censure. Prolongé par un excellent entretien avec le réalisateur, le film prend le pouls de l’Alger actuelle.

«Normal!»

De Merzak Allouache. Avec Adila Bendimerad.

Film: **

Bonus: **

«Le repenti»

De Merzak Allouache. Avec Nabil Asli, Adila Bendimerad.

Sortie le 3 avril 2013

***

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!