Rallye du Valais: Basso fait craquer Burri et l'emporte
Actualisé

Rallye du ValaisBasso fait craquer Burri et l'emporte

L'Italien a confirmé sa victoire de l'an dernier, sur le 59e Rallye du Valais, grâce à une fin d'épreuve en boulet de canon.

par
Robin Carrel
Sion
L'Italien a fait très fort sur la fin.

L'Italien a fait très fort sur la fin.

Keystone

Giandomenico Basso (45 ans) a remis le couvert. Dominé pendant un jour et demi par Olivier Burri (55 printemps), il a fini par prendre le dessus lors des cinq dernières spéciales disputées dans le Vieux-Pays. Comme attendu, la bataille a été dantesque et c'est finalement le vainqueur de 2017 qui a arraché la victoire.

La première spéciale de samedi a permis à Burri de grappiller deux dixièmes. Dans la deuxième, c'est Basso qui en a repris neuf. Ensuite, huit dixièmes en faveur du Jurassien. Dans la foulée, le Prévôtois gagnait 2''8, avant que le Transalpin ne lui mette 3''9 dans la vue... Avant la deuxième spéciale des Casernes de Sion, l'écart n'était plus que de 1''9 entre le Suisse et son concurrent italien!

Les pilotes n'aiment généralement pas la spéciale en boucle dans le chef-lieu valaisan, qui fait pourtant recette auprès du public. Ce n'est pas celui qui était alors leader qui dira le contraire. Olivier Burri y a, en effet, perdu la tête du classement général du rallye pour la première fois depuis le départ donné vendredi matin, en cédant cinq secondes pleines à son grand rival, sur les 6,7 kilomètres du tracé sédunois. Le tournant de l'épreuve.

Basso à la planche

L'octuple vainqueur de cette course n'a pas lâché le morceau si facilement. Il est même revenu à deux secondes dans l'antépénultième spéciale, en direction d'Ovronnaz. Mais le tracé du Col des Planches, entre Luy et Etiez (22,7 km), a fait office de juge de paix. Basso a réalisé un récital, reléguant le Prévôtois à 14''5 et le reste de la concurrence à plus de 26''.

Le podium est finalement aux deux-tiers venu du canton du Jura, puisque Michael Burri, le fils de, est monté sur la troisième marche après l'abandon du Néerlandais Kevin Abbring. Ils sont 45, sur 93, à avoir connu le même sort! Au niveau du Championnat de Suisse, le titre est allé pour la première fois sur un CV tessinois. Cinquième en Valais, Ivan Ballinari a fait le nécessaire pour s'offrir la couronne.

Ton opinion