04.04.2020 à 10:19

En confinement avec...

Bastian Baker: «J'essaie de focaliser sur le positif»

Le chanteur vaudois a évoqué via Skype comment il vivait le fait d'être confiné et quelle pouvait être l'influence du virus sur ses chansons.

de
fec

Comme tant d'autres artistes, Bastian Baker est partiellement au chômage. Tous ses contrats ont été annulés, en tout cas jusqu'à mi-juin 2020. Joint par Skype, le Vaudois, qui est bloqué et confiné au Costa Rica, allait bien quand on l'a appelé. «Mais c'est l'ascenseur émotionnel tous les jours. Personnellement, je n'étais pas quelqu'un d'anxieux, mais là je vis des moments de stress et d'incertitude que je n'avais pas prévu de vivre. J'essaie de focaliser sur le positif, comme les belles actions à l'image des gens qui applaudissent au balcon», raconte Bastian.

Sa plus grosse déception liée au coronavirus est l'annulation des Championnats du monde de hockey en Suisse pour lesquels il avait composé l'hymne «Here We Go» avec le Neuchâtelois Yves Larock. «Ça m'a vraiment brisé le coeur. Cette chanson représentait une sorte d'accomplissement avec la réunion de mes deux passions. Après, «Here We Go» reste un titre de motivation. Plein de gens m'écrivent pour me dire qu'ils le passent quand ils font du sport ou pour rester positif. Comme quoi une chanson peut aller plus loin que ce pour quoi elle était initialement prévue», philosophe le chanteur de 28 ans.

La pandémie a également un peu chamboulé le rythme de vie de l'artiste. Bastian s'est imposé une nouvelle routine avec un lever entre 5h et 5h30. Il enchaîne ensuite avec deux heures de sport. Son régime alimentaire «le plus sain possible» a, lui aussi, évolué. Il fait un jeûne intermittent, mangeant normalement le soir et prenant le repas suivant que le lendemain à midi: «L'idée est de me mettre en pleine forme pour éventuellement tout déchirer sur quelques scènes cet été à condition que les gens respectent les règles pour battre ce virus».

Quant à l'éventuelle influence de la pandémie sur sa créativité, Bastian se montre prudent. «Comme chaque artiste, j'ai réfléchi à ce que pourrait être l'hymne du coronavirus. J'ai écrit quelques lignes. Mais honnêtement, ce n'est vraiment pas une période faste pour moi. J'ai davantage envie d'écrire pour la renaissance qu'il y aura après», souffle-t-il.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!