Afghanistan: Baston de députées au Parlement

Actualisé

AfghanistanBaston de députées au Parlement

Deux députées afghanes en sont venues aux mains mardi en plein hémicycle après un échange verbal, et ont dû être séparées par leurs collègues masculins alors qu'elles se battaient à coups de poing.

L'ancienne général Nazifa Zaki a commencé à s'adresser avec véhémence à sa collègue Hamida Ahmadzaï, assise quelques rangs devant elle, avant de lui jeter une bouteille d'eau dans un geste de colère, selon les images retransmises par la télévision privée d'informations Tolo News.

Mme Ahmadzaï a renvoyé la bouteille en direction de son expéditrice, qui s'est alors jetée sur elle, tentant de l'attraper par le cou avant de lui distribuer une série de coups de poing à la figure.

Des collègues masculins des deux belligérantes sont intervenus pour les séparer, alors que Mme Ahmadzaï étaient en train de rendre les coups.

Lors de la session matinale

La rixe a commencé alors que les députés s'installaient pour leur session matinale, selon la télévision.

La plupart des députés n'ont pas souhaité s'exprimer sur l'incident. Des accrochages, le plus souvent verbaux ou limités à des jets de bouteilles, opposent de temps à autres, des députés masculins, mais les altercations entre femmes sont extrêmement rares.

«Deux de nos collègues ont commencé à se quereller et ont perturbé la session. Je ne suis pas sûr des raisons de leur dispute», a déclaré à l'AFP le secrétaire adjoint de l'Assemblée, Mohammad Farhad Azimi.

Un député, qui a requis l'anonymat, a expliqué à l'AFP que la colère de Mme Zaki avait été provoquée par une remarque de Mme Ahmadzaï, au sujet du 1er vice-président afghan Mohammad Qasim Fahim, chef de guerre controversé et ex-bras droit d'Ahmed Shah Massoud, figure de la résistance anti-soviétique et anti-talibans.

Soixante-huit des 249 sièges de la Wolesi Jirga (Assemblée nationale) sont réservés aux femmes.

L'Assemblée nationale, souvent considérée comme une simple chambre d'enregistrement des décrets présidentiels, est un ensemble hétéroclite sans majorité claire rassemblant d'anciens chefs de guerre de la résistance anti-soviétique, leurs anciens adversaires communistes, des technocrates formés en Occident et des personnalités de la société civile. (afp)

Ton opinion