Actualisé

Jumelles disparuesBataille juridique autour de l'héritage du père

La maman d'Alessia et de Livia conteste le testament laissé par Matthias S. La somme en jeu se monterait à plusieurs centaines de milliers de francs.

par
frb
La mère des fillettes conteste la validité du testament de son défunt mari.

La mère des fillettes conteste la validité du testament de son défunt mari.

Dans l'affaire des jumelles disparues de Saint-Sulpice (VD) en janvier 2011, le volet du testament laissé par leur père Matthias S. juste avant de mourir fait tout à coup surface. Comme le révèle «Le Temps» dans son édition de mardi, la mère des jumelles, Irina Lucidi, conteste les dernières volontés de son mari. Celles-ci stipulaient que sa fortune, estimée à «plusieurs centaines de milliers de francs», devait revenir «à ses frère et soeur à parts égales au cas où ses enfants Alessia et Livia devaient ne plus être en vie». Matthias S. prévoyait de ne laisser à son épouse que la part minimale prévue par la loi.

Or, pour Irina Lucidi, ce testament n'est tout simplement «pas valable», fait savoir son avocat Yvan Guichard au «Temps». Il précise: «Nous partons du principe qu'Alessia et Livia sont vivantes, et que Matthias S. n'avait pas sa capacité de discernement au moment d'écrire son testament. Il a lui-même écrit dans ses lettres qu'il faisait face à une dépression.»

«Aidez-moi à retrouver mes enfants!»

Que ferait Irina Lucidi de cet argent si elle parvenait à invalider le testament de son mari et toucher ainsi 50% de l'héritage? «Elle en utiliserait une toute petite partie pour les frais qu'elle aura eus dans cette affaire, précise-t-il. Son but est que cet argent revienne à la fondation Missing Children, qu'elle a créée l'an dernier.»

Une fondation pour les enfants disparus

Ce sera à la Chambre patrimoniale vaudoise du Tribunal d'arrondissement de Lausanne de trancher. Mais, selon le quotidien romand, casser un testament est une décision que la justice ne prend que très rarement. «Nous souhaitons que les parents, le frère et la soeur de Matthias S. renoncent à leurs droits successoraux», conclut Yvan Guichard.

Appel à témoins de la maman des jumelles

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!