Actualisé 31.10.2013 à 10:19

PharmaBayer signe un bon troisième trimestre

L'Allemand Bayer a connu un troisième trimestre positif.

Bayer est tiré par ses activités pharma et agrochimiques.

Bayer est tiré par ses activités pharma et agrochimiques.

Le groupe allemand de chimie-pharmacie Bayer a publié jeudi des résultats solides au troisième trimestre, tirés par ses activités de pharmacie et d'agrochimie malgré un euro fort.

Le groupe rhénan a dégagé un bénéfice net au troisième trimestre en hausse de 42% sur un an à 733 millions d'euros (903 millions de francs), soit légèrement moins qu'attendu par le consensus d'analystes de l'agence Dow Jones Newswires qui tablait sur une progression de 46% à 752 millions d'euros.

Son chiffre d'affaires, qui a souffert d'effets de change défavorables, a quasiment stagné à 9,6 milliards d'euros, faisant là aussi légèrement moins bien qu'attendu.

Sur le plan opérationnel en revanche, Bayer a convaincu avec des performances nettement supérieures aux attentes. Son bénéfice opérationnel Ebit a bondi de plus de 47% à 1,2 milliard d'euros et son résultat brut d'exploitation Ebitda hors éléments exceptionnels a progressé de près de 8% à 1,98 milliard d'euros.

Bayer a profité de la santé de sa division pharmaceutique et des bonnes ventes enregistrées par plusieurs de ses nouveaux traitements, ainsi que du succès de sa division d'agrochimie, en particulier en Amérique latine.

Ces deux activités ont largement compensé la faiblesse de la division de chimie de base, affectée notamment par une baisse des prix des produits plastiques en raison de surcapacités sur ce marché.

Prévisions confirmées

Comme au trimestre précédent, le patron du groupe Marijn Dekkers a confirmé les prévisions annuelles de Bayer tout en signalant dans un communiqué qu'elles étaient «de plus en plus ambitieuses».

Bayer vise toujours une hausse de 4% à 5% de son chiffre d'affaires à prix constants. Mais en tenant compte de la moyenne actualisée des taux de change, cela le portera à «environ 40 milliards d'euros», soit dans la fourchette basse de sa prévision de ventes comprises entre 40 et 41 milliards d'euros en 2013.

Le groupe table encore sur une augmentation, hors charges exceptionnelles, d'environ 5% de son excédent brut d'exploitation (Ebitda) et sur une hausse comprise entre 5 et 10% de son bénéfice par action. (ats/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!