Actualisé 07.10.2010 à 17:18

GenèveBCGE: un jury délibérera et le juge siégera

Après un faux départ lundi, le procès attendu depuis dix ans aura bien lieu. Les premiers témoins devraient être appelés à la barre jeudi.

de
Irène Languin

«Voulez-vous faire décoller une fusée dont vous savez qu'elle explosera en plein vol?» Me Alec Reymond, l'un des conseils de la défense, n'a pas été avare de formules, lundi, pour convaincre la Cour correctionnelle de la nécessité d'un renvoi des débats. Appuyé par trois de ses confrères, l'avocat a plaidé le report du procès de la débâcle de la Banque cantonale de Genève (BCGe).

Car deux demandes de récusation pèsent sur le président Jacques Delieutraz. Requêtes que le Tribunal fédéral doit encore trancher. Si elles sont acceptées par la Haute Cour, le procès risque d'être annulé et «des millions engloutis», a argué Me Reymond. Les représentants de l'Etat de Genève, partie civile dans cette affaire, ont en revanche plaidé contre la demande de la défense, qui a finalement été rejetée par le président. Jacques Delieutraz siègera donc.

Auparavant, un jury de six citoyens et trois suppléants a pu être constitué. Les jurés manquant lundi ont été trouvés in extremis. Jusqu'au 26 novembre, ils suivront le procès des cinq personnes accusées d'avoir précipité la déroute de la BCGe, dont le sauvetage en 2000 a coûté 2,3 milliards de francs au canton de Genève. Une centaine de témoins est attendue à la barre. L'actuel président du Conseil d'Etat genevois, François Longchamp, devrait ouvrir les feux jeudi.

La citation

«Vous avez sur la tête une épée de Damoclès et le crin de cheval qui la retient est friable.»

Me Jean-Marie Crettaz, avocat de la BCGe, pointant au président de la Cour le fait qu’il existe un risque que le Tribunal fédéral accepte les demandes de récusation dont il fait l’objet.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!