«Vinyan», ou l'esprit des morts: Béart nous barbe
Actualisé

«Vinyan», ou l'esprit des mortsBéart nous barbe

Avec «Vinyan», on s'attendait à une expérience paranormale. On se retrouve dans une ode aux courbes de Béart. Sans grand intérêt.

Le réalisateur Fabrice Du Welz a dû faire de drôles de rêves dans sa jeunesse, imaginant la jolie Manon des sources (Béart jeune...) lui avouant sa flamme. Mais comme il n'est pas complètement lubrique non plus, il s'est aussi intéressé au monde des ténèbres (un peu), à la psychologie (en surface)et au paranormal (parce que se faire peur, c'est rigolo). Une fois sa carrière lancée, il a alors décidé de mélanger tout ses fantasmes d'antan dans un film.

Ce qui est dommage, c'est que tout cela commence bien. L'action se situe après le tsunami de 2005. Un couple ne parvient pas à faire le deuil de son fils, disparu dans la catastrophe, car Madame est persuadée que celui-ci a été enlevé et vit quelque part en Brimanie. Les époux se lancent alors à sa recherche. Les deux premières minutes du film sont saisissantes, la manière dont Du Welz représente le tsunami est brillante. Mais voilà qu'Emmanuelle Béart sort de l'eau à moitié nue, et l'effet retombe.

(win)

De Fabrice Du Welz, avec Emmanuelle Béart et Rufus Sewell. *

De Fabrice Du Welz, avec Emmanuelle Béart et Rufus Sewell. *

De Fabrice Du Welz, avec Emmanuelle Béart et Rufus Sewell. *

Ton opinion