JO 2018 – Ski alpin: Beat Feuz: «L'attente n'a pas été facile à gérer»
Actualisé

JO 2018 – Ski alpinBeat Feuz: «L'attente n'a pas été facile à gérer»

Le skieur bernois a décroché jeudi la médaille de bronze de la descente olympique de Pyeongchang. Il se dit fier d'avoir géré la longue attente.

par
Oliver Dufour
Jeongseon
Dans une course sans grande surprise dans le top 5, le Bernois a tiré son épingle du jeu.

Dans une course sans grande surprise dans le top 5, le Bernois a tiré son épingle du jeu.

Keystone/Filip Singer

Après le report de la descente, initialement prévue samedi en ouverture de ces Jeux en Corée du Sud, Beat Feuz est parvenu à maintenir sa concentration pour se hisser sur le podium derrière les redoutables Norvégiens Aksel Lund Svindal et Kjetil Jansrud. Un exercice peu évident sur une neige qui s'est nettement réchauffée à Jeongseon, après avoir été balayée presque toute la semaine par des vents glaciaux.

Quel est votre sentiment au terme de votre course?

Ce n'était pas simple aujourd'hui (ndlr: jeudi) de mettre les gaz. Durant les quatre ou cinq derniers jours, l'état de la piste s'est modifié. Et nous n'avons pas pu y retourner durant cette période. Donc, en fin de compte, je suis fier d'avoir réussi à prendre cette médaille, parce qu'encore une fois, ce n'était pas évident.

Pouvez-vous dire comment vous avez géré l'attente?

Je n'avais jamais rien vécu de pareil. Et c'était la même chose pour mes adversaires norvégiens. On a eu le temps de réfléchir à beaucoup de choses. Plein de pensées qu'on n'aurait pas en temps normal. La situation est pareille pour tout le monde, mais c'est difficile.

Savez-vous où vous avez perdu ces 18 centièmes sur le vainqueur Svindal?

Je pense que oui. On a assez bien vu sur les images TV que c'était à peu près à mi-course, après le deuxième gros saut. Dans le virage à gauche, j'étais sur le ski intérieur et j'ai été légèrement poussé vers l'extérieur. C'est là qu'Aksel a pris l'avance qui lui fallait.

Cette course a-t-elle été digne d'une épreuve olympique?

Dans la mesure où ceux qui étaient devant durant toute la saison l'étaient aussi aujourd'hui, oui. Parmi les places un à cinq, il n'y a aucune surprise. Si on avait fait les choses autrement en essayant de faire partir la course dans des conditions impossibles, là on aurait pu répondre que c'était indigne d'une course olympique. Après, il peut quand même y avoir des surprises. Tu fais toujours ce que tu peux.

Que vous inspire le fait d'avoir été battu par ces deux Norvégiens?

Il y a pire que de perdre contre ces deux-là! Voilà des années et des années qu'ils sont à la pointe. Et Aksel, malgré toutes ses blessures, on sait qu'il est toujours dangereux sur ce type de parcours. Ils sont assurément en tête sur ma liste d'adversaires de premier plan.

Descente de Feuz commentée

Luca Aerni et Justin Murisier ont suivi la descente de Beat Feuz sur le grand écran de la Maison Suisse. "C'est quand même beau d'avoir une médaille de bronze pour Beat", s'exclame Justin Murisier. Le Bernois a fini troisième derrière les Norvégiens Aksel Svindal et Kjetil Jansurd.

Ton opinion