Publicitas: Beat Roeschlin nouveau directeur général
Actualisé

PublicitasBeat Roeschlin nouveau directeur général

En difficulté, le groupe lausannois Publicitas s'est donné un nouveau directeur général (CEO), Beat Roeschlin (54 ans).

Il succèdera dès mai 2010 à Robert Schmidli, qui quitte «pour des raisons privées» la tête de la régie publicitaire du groupe lausannois PubliGroupe qu'il dirigeait depuis janvier 2008.

Entrepreneur expérimenté et connaisseur des branches de la publicité et des médias, M. Roeschlin a passé les 12 dernières années au sein du groupe d'affichage Clear Channel, dont il dirige les activités suisses, a écrit vendredi PubliGroupe. Titulaire d'une licence en sciences économique de l'Université de St-Gall, le futur patron de Publicitas a auparavant occupé des fonctions dirigeantes notamment dans le groupe Anova-Schmidheiny.

L'entrée en fonction de M. Roeschlin demeure toutefois suspendue à un accord avec son actuel employeur. Quant à M. Schmidli, il restera à la disposition de son successeur dans le cadre de mandats ponctuels.

Une lourde tâche attend M. Roeschlin, qui devra mener à bien le repositionnement de Publicitas dans la commercialisation des médias sur le marché suisse. Confronté au recul continu des annonces publicitaires dans la presse depuis plus d'un an, Publicitas a également vu plusieurs clients exclusifs, tels qu'Edipresse, AZ Medien ou l'éditeur biennois Gassmann, lui faire faux bond ces derniers mois.

Passe délicate

La perte du groupe de médias vaudois Edipresse, qui publie notamment les quotidiens «Le Matin», «24 Heures» et «La Tribune de Genève», a entraîné la suppression de 89 emplois, dont 70 licenciements. Le départ d'AZ Medien, éditeur de L»Aargauer Zeitung» et du journal dominical «Sonntag», a conduit pour sa part à biffer 70 postes.

Affecté par l'accélération des changements strucurels dans les médias et la plus sèvère crise depuis 50 ans, PubliGroupe a essuyé une perte nette de 8,5 millions de francs au premier semestre 2009, contre un bénéfice net de 43,9 millions un an plus tôt. Mais l'entreprise lausannoise avait bouclé l'année 2008 dans le rouge, à hauteur de 42,1 millions.

La division principale, Media Sales-Publicitas, a vu pour sa part ses ventes chuter de 28,8% à 658,3 millions après six mois en 2009. Celles de l'ensemble du groupe vaudois ont plongé de 28% à 798,4 millions.

Réorganisation

PubliGroupe annonce aussi une redéfinition des structures de direction de Publicitas, qui sera organisée en trois unités opérationnelles. Celles-ci comprennent la réseau de vente Publicitas Suisse et ses 56 agences et succursales, le réseau de vente international et le secteur logistique.

L'activité logistique réunira les services informatiques pixedia, certaines activités liées aux technologies de l'information encore rattachées au groupe et le domaine «business engineering». En première ligne pour la mise en oeuvre du nouveau modèle d'affaires de Publicitas, M. Roeschlin dirigera personnellement le réseau de vente Publicitas Suisse. Les responsables des deux autres secteurs seront désignés l'an prochain.

(ats)

Ton opinion