Prix de l’immobilier - «Beaucoup ne peuvent plus accéder à la propriété»
Publié

Prix de l’immobilier «Beaucoup ne peuvent plus accéder à la propriété»

À cause de l’augmentation des prix de l’immobilier, le rêve de posséder son logement s’éloigne de plus en plus en Suisse. L’avis d’un expert.

L’accession à la propriété est de plus en plus difficile pour de nombreuses personnes. 

L’accession à la propriété est de plus en plus difficile pour de nombreuses personnes.

Getty Images/iStockphoto

Les prix des maisons et des appartements s’envolent actuellement dans presque toutes les régions du monde. L’augmentation d’une année sur l’autre est la plus élevée depuis 2006, année qui a précédé de peu la crise des subprimes aux États-Unis en 2008-2009. En Suisse, les maisons et les appartements sont également plus chers que l’année dernière.

Pour les jeunes familles en particulier, le rêve de posséder son logement devient donc de plus en plus difficile à réaliser. Qui peut se permettre d’acheter un bien immobilier? La prochaine crise immobilière est-elle imminente? L’expert immobilier Stefan Heitmann de Moneypark* a répondu à «20 Minuten».

La situation du marché immobilier en Suisse est-elle dramatique?Stefan Heitmann: La pandémie a alimenté une forte demande. Dans le même temps, moins de propriétés sont mises sur le marché, car les personnes âgées, en particulier, ne veulent pas vendre en ce moment. Cela accroît le déséquilibre entre l’offre et la demande.

Pourquoi l’accession à la propriété est-elle si prisée aujourd’hui?C’est le rêve de toute une vie pour la grande majorité d’entre nous. La maison est le centre de nos vies, en particulier pour les familles. Cela n’a fait qu’augmenter pendant la pandémie.

Combien faut-il payer de plus pour un bien immobilier actuellement?Nous constatons que les prix moyens sont supérieurs de 10 à 15% à la valeur d’expertise. Mais dans certains cas, ils peuvent être nettement supérieurs.

Jusqu’où les prix vont-ils monter?Nous partons du principe que les prix de l’immobilier vont continuer à augmenter, mais pas indéfiniment, parce que nous voyons déjà de nombreux acheteurs potentiels qui n’ont plus les moyens d’accéder à la propriété. Le marché se corrige donc automatiquement lorsque la demande diminue.

Quelles conséquences pour la classe moyenne?Malheureusement, de nombreux nouveaux acheteurs éprouvent aujourd’hui des difficultés à obtenir un prêt hypothécaire. Nous appelons ainsi à ce que des modèles hypothécaires plus innovants soient proposés pour aider les jeunes familles qui veulent acheter une maison. Car l’accession à la propriété reste financièrement intéressante: les propriétaires économisent jusqu’à 50% des coûts de logement par rapport à une propriété locative similaire.

Faut-il craindre la prochaine crise immobilière?Pas en Suisse, car le marché est beaucoup plus réglementé qu’à l’étranger. Ces mesures ont un effet correcteur. Il s’agit donc d’un marché sain, mais dans lequel il est malheureusement de plus en plus difficile d’acheter un bien immobilier.

Quelles sont les conséquences de ces réglementations?Si vous réglementez un marché de manière aussi stricte, vous obligez les gens à louer plus cher et empêchez l’accession à la propriété. Mais nous sommes aussi tous en partie responsables. En Suisse, on achète très tard et on reste ensuite dans ce bien, ce qui fait de la Suisse un marché «buy and die» (ndlr: on achète un bien et on y meurt).

Les faibles taux hypothécaires exacerbent-ils la hausse des prix?Non, le problème n’a pas été causé par les faibles taux d’intérêt, mais par la faible offre de propriétés sur le marché. En outre, les critères financiers auxquels un emprunteur hypothécaire doit répondre restent stricts et ne tiennent pas compte des taux d’intérêt plus bas du marché.

Prix de l’immobilier en hausse

Le cabinet de conseil en immobilier Knight Frank a étudié l’évolution des prix des maisons et des appartements dans 56 pays entre mars 2020 et mars 2021. En moyenne, les prix ont augmenté de 7,3%. Dans 13 pays, la hausse était même à deux chiffres alors qu’en Suisse, elle était de 6,5%. Les raisons de l’augmentation des prix de l’immobilier sont presque partout les mêmes: il n’y a pas assez de nouvelles constructions, alors que de plus en plus de personnes veulent leur propre logement, surtout après la crise du Covid. La demande est donc supérieure à l’offre.

*Stefan Heitmann est le fondateur et le patron du spécialiste suisse des prêts hypothécaires Moneypark. Le groupe TX, qui possède également «20 minutes», a une participation dans Moneypark.

*Stefan Heitmann est le fondateur et le patron du spécialiste suisse des prêts hypothécaires Moneypark. Le groupe TX, qui possède également «20 minutes», a une participation dans Moneypark.

Moneypark 
(fpo/reg)

Ton opinion

56 commentaires