Actualisé 04.03.2019 à 13:25

Suisse

Bébés trop gros pour un accouchement naturel

Plus les conditions de vie sont bonnes, plus les bébés sont gros à la naissance. Ce qui explique l'augmentation du nombre de césariennes, selon des chercheurs.

de
cht/nxp
Les bébés bien nourris et bien soignés grandissent tant que leurs mamans n'arrivent plus à les mettre au monde par voie naturelle.

Les bébés bien nourris et bien soignés grandissent tant que leurs mamans n'arrivent plus à les mettre au monde par voie naturelle.

Keystone

Le nombre d'accouchements par césarienne ne cesse d'augmenter en Suisse, comme dans les autres pays occidentaux. Si le taux était de 23% en 1998, il est aujourd'hui passé à 32%, alors que la moyenne mondiale est de 10 à 15%, selon l'OMS. Il faut dire qu'il devient toujours plus nécessaire d'un point de vue médical, a révélé la «SonntagsZeitung» ce dimanche.

En effet, les bébés se portent désormais trop bien pendant les 9 mois qu'ils passent dans le ventre maternel. Ils sont bien nourris, bien soignés et grandissent tant que les mamans n'arrivent plus à les mettre au monde par voie naturelle.

C'est du moins la conclusion à laquelle sont arrivés deux chercheurs, Eva Zaffarini et Philipp Mitteröcker, des universités de Vienne et de Milan. Selon eux, les femmes n'arrivent plus à suivre anatomiquement le rythme de la croissance accélérée des bébés. Avec l'amélioration des conditions de vie, la taille des femmes et le poids à la naissance de leurs bébés augmentent. Mais le foetus bénéficie de conditions plus favorables que la mère au cours de sa vie. Il devient donc alors trop gros pour le canal pelvi-génital.

Prospérité des pays

Ce phénomène es dû à l'histoire récente du développement socio-économique des pays, affirment-ils. «Plus un pays gagne rapidement en éducation et en prospérité en l'espace d'une génération, plus le foetus devient grand par rapport à sa mère», observent-ils dans le journal scientifique «Proceedings of the Royal Society B». En clair: plus les conditions de vie sont bonnes, plus les nouveaux-nés pèsent lourd et plus les césariennes sont indispensables.

Les proportions entre l'anatomie de l'enfant et celle de la mère ne correspondent plus, soulignent les auteurs qui ont étudié les naissances dans le monde depuis les années 1970 jusqu'à la fin des années 1990. Car selon eux, il faut du temps pour que le corps féminin s'adapte à ces changements. Et la stature des femmes accuse un retard d'une génération par rapport à la poussée de croissance de leurs bébés.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!