Euro 2016: Belgique: Wilmots s'est mis en mode pompier
Actualisé

Euro 2016Belgique: Wilmots s'est mis en mode pompier

Depuis la défaite face à l'Italie, le coach belge doit éteindre des départs d'incendie allumés par la presse et ses joueurs.

1 / 106
L'équipe victorieuse arrive en bus sur la Place du Marquis de Pombal, à Lisbonne. (Lundi 11 juillet 2016)

L'équipe victorieuse arrive en bus sur la Place du Marquis de Pombal, à Lisbonne. (Lundi 11 juillet 2016)

Reuters/Rafael Marchante
Les joueurs de la Selecçao sont acclamés par le public à Alameda D. Afonso Henriques, dans la capitale. (Lundi 11 juillet 2016)

Les joueurs de la Selecçao sont acclamés par le public à Alameda D. Afonso Henriques, dans la capitale. (Lundi 11 juillet 2016)

Keystone/EPA/ANTONIO COTRIM
Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers célèbrent la victoire avec leurs supporters, à Alameda D. Afonso Henriques. (Lundi 11 juillet 2016)

Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers célèbrent la victoire avec leurs supporters, à Alameda D. Afonso Henriques. (Lundi 11 juillet 2016)

Keystone/EPA/ANTONIO COTRIM

Marc Wilmots s'est mis en mode pompier. Depuis la défaite lundi face à l'Italie (2-0), le sélectionneur de la Belgique est contraint d'éteindre des départs d'incendie allumés tantôt par la presse, tantôt par ses propres joueurs.

La défaite, même concédée face aux quadruples champions du monde, a fait naître bien des frustrations et le climat autour des Diables Rouges a la même teinte que le ciel au-dessus du centre d'entraînement du Haillan, près de Bordeaux: gris.

Le coach fédéral a bien compris le danger de contagion de cette crise de pessimisme. Son souci premier est donc de positiver: «Nous avons perdu une bataille mais pas la guerre et nous restons confiants», martèle l'entraîneur qui s'était fixé un objectif à l'entame de l'Euro: atteindre les demi-finales.

Il faudra pour cela ramener de la sérénité dans un groupe «qui a pris un gros coup sur la tête», selon le milieu de terrain Axel Witsel.

«J'ai parlé avec Thibaut»

Après le fiasco de Lyon, Marc Wilmots s'est rapidement entretenu avec Thibaut Courtois. Le gardien avait ouvertement critiqué la méthode de Wilmots en déclarant: «L'Italie nous a surclassé tactiquement. On voit qu'ils ont travaillé».

«Les interviews d'après-match sont toujours dangereuses», a expliqué le sélectionneur. «Quand vous êtes gardien et que vous venez d'encaisser deux buts, vous êtes encore dans l'adrénaline de la rencontre et vous réagissez émotionnellement. J'ai parlé avec Thibaut: il m'a assuré que ce n'était pas dirigé vers l'entraîneur».

Autre mécontent: Radja Nainggolan, auteur d'un geste de mauvais humeur lors de son remplacement à l'heure de jeu. «Il est venu me voir mardi et m'a dit qu'il était uniquement déçu d'avoir été remplacé. Il m'a dit qu'il serait toujours présent pour l'équipe», a déclaré «Willie».

Hazard ignore Wilmots

Plus inquiétante est l'attitude des deux stars de l'équipe, Kevin De Bruyne et Eden Hazard. Le premier, qui a reconnu avoir «mal joué» lundi, fait la moue depuis plusieurs jours sans que l'on sache vraiment pourquoi. Son replacement sur le flanc droit? Wilmots assure que non, indiquant que son joueur est «simplement fatigué».

Le cas de Hazard est davantage interpellant. Le joueur de Chelsea a ignoré la main tendue par son sélectionneur au coup de sifflet final face à la Squadra et a ensuite refusé de s'exprimer devant la presse alors qu'il s'agit traditionnellement d'un des rôles du capitaine. Là aussi, Wilmots balaie tout malaise: Hazard ne serait pas bien «car il a été touché au genou et à l'aine». L'ailier a été mis au repos trois jours.

Pas sûr que ce soit le seul motif de mécontentement de l'ex-Lillois si l'on en croit les propos tenus (anonymement) par un de ses équipiers dans Sport/FootMagazine: «Notre jeu est stéréotypé mais ce n'est pas nouveau, on le sait depuis longtemps. Pourquoi le coach ne fait pas des choix plus offensifs? Eden, je trouve qu'il a fait un gros match, mais il était seul. Comment tu veux faire la différence tout seul dans un match comme ça?»

«Le talent ne suffit pas»

Wilmots ne devrait pourtant pas modifier son système samedi face à l'Eire: «Nous construisons un projet depuis quatre ans ensemble, tout ne peut pas être négatif après une rencontre. Nous restons confiants». Pour s'imposer face à l'Irlande, le sélectionneur demande à ses joueurs «de faire preuve de plus de grinta. Cela nous a manqué face à l'Italie. En football, le talent ne suffit pas». (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion