Actualisé 06.09.2019 à 06:24

Tennis

Belinda Bencic s'en veut terriblement

La Saint-Galloise regrette d'avoir tant contribué à la victoire de Bianca Andreescu (7-6 7-5) en demi-finale de l'US Open.

de
Christian Despont, New York
1 / 40
Dimanche 8 septembre 2019
Dimanche 8 septembre 2019

Rafael Nadal en larmes au moment de regarder une vidéo retraçant ses 19 titres en Grand Chelem.

Keystone
Dimanche 8 septembre 2019
Dimanche 8 septembre 2019

Le Majorquin a remporté l'US Open pour la quatrième fois de sa carrière.

Keystone
Dimanche 8 septembre 2019
Dimanche 8 septembre 2019

Daniil Medvedev n'a pas manqué d'humour lors de la cérémonie au moment de revenir sur sa relation avec le public américain.

Keystone

Après une poignée de main furtive, Belinda Bencic s'est engouffrée dans le couloir qui conduit aux vestiaires, le regard absent. La Saint-Galloise sait les opportunités qu'elle a manquées: balle de premier set à 5-4 (certes sur le service d'Andreescu), six balles de break non converties dans le même set, et trois jeux de service perdus consécutivement dans la deuxième manche, tandis qu'elle menait 5-2!

En conférence de presse, un peu de lumière était revenue dans ses yeux. «C'était une grosse bataille, très tactique. Le match a basculé sur quelques échanges. Il y a tellement de balles de break que je n'ai pas concrétisées» Belinda Bencic reconnaît toutefois la supériorité de son adversaire: «Elle a mieux joué que moi les points importants. Tout est là. En plus, je n'ai pas réussi à bien retourner son service. Il est peut-être moins spectaculaire que celui d'Osaka, mais il est plus «smart», plus travaillé, et j'ai eu du mal à le lire.»

«Je ne suis pas si loin»

Dominée au premier set, larguée dans le deuxième, Bianca Andreescu (19 ans) s'est accrochée avec ce qu'elle avait de courage et de fulgurances, afin de réparer ses fautes (38 au total). Sa force de caractère n'a d'égale que son intelligence de jeu, tout en changement de rythmes et de directions. «Bianca a remporté Indian Wells et Toronto, je ne suis pas surprise de la voir là, plaide Belinda Bencic. Malgré toutes mes occasions ratées, je ne crois pas avoir craqué nerveusement. Ce n'est pas une question de sang-froid: j'ai commis des erreurs stupides. Après ça, tout va très vite.»

Au moment de prendre congé, le regard scintillait presque: «J'apprendrai de cette expérience. Je suis allée plus loin que je ne l'espérais au départ, et j'ai le sentiment que ce tournoi m'a remis sur les rails. Ce qui me manque pour gagner un Grand Chelem? Des détails. Rien à voir avec le coup droit ou le revers. Je dois grappiller un pourcent de plus de mental, de condition physique, d'efficacité au service. Je dois jouer plus régulièrement à ce niveau de la compétition. Je ne suis pas si loin.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!