Actualisé

BâleBell a accru son bénéfice de 14,5% en 2014

Le groupe alimentaire bâlois Bell, en mains à hauteur des deux tiers du distributeur Coop, a accru son bénéfice net de 14,5% en 2014 par rapport à l'exercice précédent.

Grâce à une réduction des coûts et à un meilleur rendement des produits à haute valeur ajoutée, Bell a poursuivi sa croissance l'an dernier. Le groupe alimentaire bâlois, en mains à hauteur des deux tiers du grand distributeur Coop, a accru son bénéfice net de 14,5% par rapport à l'exercice précédent, à 87,7 millions de francs.

Le chiffre d'affaires a en revanche connu un léger repli de 0,9% (-0,5% corrigé des variations monétaires) à 2,6 milliards de francs, péjoré par une météo maussade et des fluctuations monétaires, a précisé jeudi le transformateur de viande établi à Bâle. Le volume des ventes a diminué de 1,1% sur un an, pour s'établir à 215'600 tonnes.

Au niveau opérationnel, le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) s'est inscrit à 111,2 millions de francs, contre 104,9 millions l'année précédente. Avant dépréciations et amortissements (EBITDA), ce montant s'est amélioré à 196,2 millions de francs, soit 6,5 millions de plus qu'en 2013. La marge bénéficiaire brute est passée de 32,1 à 33%.

Les résultats correspondent, voire dépassent les attentes des analystes consultés par l'agence awp. Ces derniers s'attendaient à un EBITDA entre 193 et 201 millions de francs. Le bénéfice net est supérieur aux projections de 82,1 à 86,5 millions.

Compte tenu de ses résultats, Bell offrira à ses actionnaires un dividende de 65 francs par titre, supérieur de 5 francs à celui attribué pour 2013. Jeudi matin, l'action valait 2379 francs à la Bourse suisse.

Saison des grillades morose

Bell Suisse a accru son chiffre d'affaires de 0,8% à 1,86 milliard de francs. Les secteurs Seafood (fruits de mer et poissons), Volaille et Charcuterie ont été les principaux moteurs de croissance l'an dernier.

Le volume d'écoulement total a baissé de 0,9% à 121'063 tonnes, à cause de livraisons moindres à l'industrie, d'une saison des grillades morose en raison de la météo et d'une nouvelle augmentation du tourisme d'achat dans les régions frontalières. Les ventes d'assortiments à haute valeur ajoutée ont en revanche nettement progressé.

De son côté, Bell Allemagne s'est replié de 2,8% (-1,5% corrigé des effets de change) pour s'établir à 470 millions de francs. Ce fléchissement est principalement à rapporter au net recul des prix des matières premières, ainsi qu'à la composition de l'assortiment. En dépit d'un marché à la baisse, le volume des ventes a pu être maintenu au niveau de l'année précédente, à 62'570 tonnes.

Depuis le début de l'année, les activités du groupe en France, au Benelux, en Pologne, en Hongrie et en République Tchèque ont été regroupées au niveau opérationnel au sein de Bell International. Cette division a enregistré un chiffre d'affaires de 269 millions de francs (-8,1%), péjoré par les influences monétaires et les prix nettement plus faibles des matières premières en Europe.

Tourisme d'achat attendu

Pour l'exercice en cours et suite notamment à l'abandon du taux plancher euro/franc, Bell s'attend à une nouvelle intensification du tourisme d'achat depuis la Suisse, qui se traduira par un recul du chiffre d'affaires. «Mais les répercussions directes sur le résultat devraient être négligeables», écrit le groupe prioritairement actif dans la viande, sans toutefois donner de prévisions chiffrées.

Indépendamment des facteurs externes, Bell continuera de miser sur la rationalisation des assortiments - en se concentrant sur les produits à forte valeur ajoutée - et l'exploitation de synergies au sein du groupe. L'optimisation de l'organisation et des processus se poursuivra également pour encore améliorer la structure de coûts.

Au 1er mai 2015, Bell reprendra 2% supplémentaires de la société Hilcona, spécialisée dans le «convenience food», et en deviendra ainsi l'actionnaire majoritaire avec 51% des parts. A partir de cette date, l'entreprise liechtensteinoise - dont le chiffre d'affaires annuel s'élève à 500 millions de francs et qui emploie 1900 personnes - sera entièrement consolidée au sein du groupe bâlois. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!