Actualisé

TélécommunicationBelle performance pour Swisscom en 2016

L'opérateur de télécommunications a dégagé un bénéfice net en croissance de 17,8% à 1,604 milliard de francs. Le géant bleu n'échappera toutefois pas aux suppressions d'emplois.

Keystone/Archives/photo d'illustration

Swisscom a réalisé une performance stable l'an dernier, malgré la pression constante sur les prix. Les défis ne manquent pas pour l'opérateur, qui doit toujours se serrer la ceinture pour maintenir son niveau de rentabilité.

Le bénéfice net a augmenté de 17,8% sur un an à 1,604 milliard de francs, a indiqué mercredi l'opérateur historique de télécommunications. La performance a été influencée principalement par des éléments exceptionnels, c'est-à-dire la constitution d'une provision de 186 millions au titre de l'exercice précédent.

Ce montant avait grevé le résultat 2015, ressorti alors en recul d'un cinquième en comparaison annuelle à 1,36 milliard de francs. Pour mémoire, il était lié à l'amende infligée à Swisscom par la Commission de la concurrence (COMCO) pour pratique de prix abusifs entre 2005 et 2007 dans les services à haut débit.

Chiffre d'affaires en recul

Le chiffre d'affaires a reculé de 0,3% l'an passé pour s'établir à 11,64 milliards de francs, dont 9,44 milliards reviennent à la Suisse (-1,1%). L'entreprise contrôlée par la Confédération estime avoir réalisé un chiffre d'affaires «pour le moins remarquable vu la pression sur les prix et le contexte du marché».

«Le défi pour Swisscom est de parvenir à s'affirmer dans un marché marché stable», a résumé son directeur général Urs Schaeppi devant la presse à Zurich. Selon lui, l'opérateur doit réussir à faire converger télécoms et informatique, à relever les défis permanents posés par la concurrence et à investir dans l'innovation.

Sur le plan opérationnel, le géant bleu affiche un résultat (EBITDA) de 4,29 milliards de francs ( 4,8%, 1,2% en données corrigées). Le dividende est lui maintenu à 22 francs par action, ce qui représente une manne de 1,14 milliard, dont un peu plus de la moitié ira à la Confédération, actionnaire majoritaire à hauteur de 51%.

Contraction des effectifs

Swisscom veut réduire ses effectifs en Suisse de 500 emplois à 17'900 à temps complet d'ici à fin 2017, dans le cadre d'un plan annoncé il y a un an. L'ampleur de la contraction a suscité une discussion, le groupe, qui occupe environ 21'100 personnes au total, rappelant l'aspect dynamique dans ce domaine.

L'opérateur a encore confirmé l'objectif de baisse des coûts de 300 millions de francs d'ici à 2020. Ce dernier point, visant à contrer l'impact négatif de la guerre des prix, ainsi que les coupes d'emplois ont suscité la réprobation du syndicat transfair, qui a réagi immédiatement dans un communiqué.

Dans le détail des activités, le réseau fixe a vu le nombre de ses raccordements chuter de 262'000 à 2,4 millions (-800'000 depuis 2010). Les clients renoncent de plus en plus à ce service, même si le mouvement est un peu atténué par la croissance de la demande en raccordements TV et haut débit ( 1,7% à 2 millions d'unités).

Marché saturé

Dans la téléphonie mobile, Swisscom revendique un nombre de raccordements en recul de 0,2% sur un an à 6,6 millions, qui lui confère 60% du marché. Urs Schaeppi a parlé de saturation, voire de sursaturation. La demande de services de données mobiles demeure soutenue en revanche, avec un bond de 78% en l'espace d'un an.

Dans la télévision numérique, le géant bleu dit avoir accru sa part de marché de 3 points à 32%, l'assurant toujours de la place de numéro un. Le nombre d'abonnés a augmenté de 10,9% pour s'établir à 1,48 million, dans un environnement marqué par la «vive concurrence des câblo-opérateurs», en l'occurrence UPC.

Hors de Suisse, la filiale italienne Fastweb a derrière elle une «excellente année», s'est réjoui le directeur général. Elle a accru son chiffre d'affaires de 3,4% à 1,8 milliard d'euros (1,9 milliard de francs au cours actuel), pour un résultat d'exploitation de 661 millions d'euros ( 14,8%, 8% hors effets exceptionnels).

Toujours la stabilité

L'exercice 2017 devrait encore être placé sous le signe de la stabilité. Le chiffre d'affaires est ainsi attendu à 11,6 milliards de francs, l'EBITDA (résultat opérationnel brut) à 4,2 milliards, les investissements à 2,4 milliards. Le dividende est pour sa part déjà anticipé à 22 francs par action pour dans un an.

«Je pense que la pression sur les prix restera soutenue en 2017. Cela ne nous empêchera pas de poursuivre les lourds investissements dans notre infrastructure», a insisté Urs Schaeppi. «En Suisse, nous allons investir environ 1,75 milliard de francs, dont 500 millions pour le déploiement de notre réseau à fibre optique.» (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!