Actualisé 04.07.2011 à 19:29

TunisieBen Ali écope de quinze ans et demi de prison

L'ancien président tunisien Ben Ali a de nouveau été condamné par la justice de son pays, lundi.

La cours a condamné l'ancien président tunisien par contumace.

La cours a condamné l'ancien président tunisien par contumace.

L'ex-président tunisien Zine El Abidine Ben Ali a été condamné lundi par contumace à quinze ans et demi de prison pour détention d'armes, de stupéfiants et de pièces archéologiques. Le président déchu a également été condamné à une amende de 108.000 dinars (67'000 francs).

Dans cette affaire, dite du «palais de Carthage» les peines (dix ans pour détention de stupéfiants, cinq ans pour détention d'armes et six mois pour détention de pièces archéologiques) ont été cumulées par le tribunal de première instance de Tunis. La cour a délibéré six heures avant de rendre son verdict.

Le procès s'était ouvert dans la matinée sur un coup d'éclat des avocats de la défense qui ont quitté le procès en estimant que leurs droits étaient bafoués. Le tribunal avait rejeté leur demande de report du procès.

L'audience avait alors été suspendue et des membres du public avaient lancé aux représentants de la défense: «Sortez! Vous trahissez la Tunisie en défendant Ben Ali» et «Vous auriez dû défendre les jeunes tués par les armes de Ben Ali».

Accusations «fabriquées

Un communiqué diffusé par un cabinet d'avocats libanais qui représente aussi Ben Ali a indiqué que ceux-ci ne prendraient pas non plus part à l'audience.

«Le procès d'aujourd'hui viole toutes les règles d'un procès équitable. Le seul but est de faire de Ben Ali un trafiquant d'argent, de drogues et d'armes», selon eux. Dans un communiqué diffusé en juin, l'ex-président affirmait que les accusations de ce deuxième procès étaient fabriquées de toutes pièces.

Il y expliquait que les armes étaient des cadeaux de chefs d'Etat. Quant aux drogues, elles auraient été cachées dans sa maison et le palais présidentiel après son départ du pouvoir dans le cadre d'une «machination».

En attendant le troisième procès

Outre le procès en cours, Ben Ali doit être jugé par un tribunal militaire pour atteinte à la sûreté de l'Etat et homicides volontaires. Plusieurs centaines de manifestants ont été tués par les forces de l'ordre durant les trois semaines de contestation.

M. Ben Ali, réfugié en Arabie Saoudite, a déjà été condamné par contumace le 20 juin, avec son épouse Leïla Trabelsi, à 35 ans de prison et 45 millions d'euros pour détournement de fonds.

L'ex-président, âgé de 74 ans, estime que ces procès visent de la part des nouveaux dirigeants à détourner l'attention et à masquer leur incapacité à rétablir la stabilité en Tunisie.

La «Révolution du Jasmin» tunisienne a inspiré des soulèvements multiples dans le monde arabe, notamment en Egypte, où le président Hosni Moubarak est tombé en février, et également en Libye, au Yémen, à Bahreïn ou encore en Syrie.

(ats/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!