Loterie romande: Bénéfice de 210 millions pour la Loterie romande
Actualisé

Loterie romandeBénéfice de 210 millions pour la Loterie romande

L'institution a insisté sur son rôle souvent déterminant dans la survie de certains commerces comme les kiosques.

Malgré un record «historique» de 387,6 millions de francs (2,6%) de revenu brut des jeux (RBJ), Jean-Luc Moner-Banet a qualifié l'exercice 2014 de «plutôt stable». Sur le long terme, la progression reste «très marginale», selon le directeur général de la Loterie romande.

Le bénéfice net de 209,9 millions de francs ( 1,6%) sera autant d'argent redistribué au titre de l'utilité publique, qu'il s'agisse de projets caritatifs, culturels, sportifs ou environnementaux. Si le montant est «stable», il s'inscrit cependant dans un contexte de concurrence toujours plus vive sur le marché des jeux.

Commerces de proximité

Le secteur des casinos et surtout du jeu sur internet a «explosé» ces dernières années, a relevé Jean-Luc Moner-Banet. Face à cette évolution, la Loterie romande joue un rôle non négligeable pour certains commerces de proximité. Elle compte 2650 points de vente auxquels elle a versé l'an dernier 71,9 millions de francs ( 2,9%) de commissions.

Pour certains magasins comme les kiosques, dont les revenus tirés de la presse ou du tabac sont en recul, les jeux de la Loterie romande sont souvent synonymes de «survie». «Ils ont absolument besoin de cet argent pour exister», a affirmé le directeur général, parlant de 1500 emplois ainsi générés.

Sérénité retrouvée

En ouverture de conférence de presse, le président de la loterie, Jean-Pierre Beuret, a brossé le contexte général dans lequel évolue l'institution, en particulier le cadre juridique. Après des années de «harcèlement judiciaire» sur la légalité de ses jeux, la situation s'est apaisée suite à la votation de mars 2012.

Le peuple suisse avait alors accepté à 87% un article constitutionnel élaboré dans la foulée de la polémique autour des Tactilo de la Loterie romande. Cet arrêté définit les compétences cantonales et fédérales. Il assure la redistribution des bénéfices aux projets d'utilité publique et permet de légiférer dans le domaine des jeux sur internet.

Clarté à venir

En se voulant «optimiste», le président de la loterie prévoit une entrée en vigueur de la loi en 2018. Elle sera «la seule loi pour tous les jeux d'argent, avec le principe d'utilité publique, sans dérogation et affirmant une exonération fiscale de tous les gains, a souligné Jean-Pierre Beuret.

La nouvelle loi doit permettre aussi de lutter contre le jeu en ligne illégal dont les sociétés sont basées dans des paradis fiscaux comme Malte ou Gibraltar, a précisé Jean-Luc Moner-Banet. A l'instar de ce qui se fait dans la lutte contre la pédopornographie, il sera possible de demander à des providers comme Swisscom de bloquer l'accès à de tels sites de jeux.

Enfin, concernant la distribution des 210 millions de francs de bénéfice, la Loterie romande rappelle qu'elle soutient quelque 3000 associations, via les offices de répartition cantonaux. La culture se taille la part du lion avec 62,5 millions (45%). (ats)

Pas de réponse sur Métamorphose

Questionnés sur les 10 millions de francs de la loterie que le Fonds du sport vaudois a décidé cette année d'accorder au projet urbanistique lausannois Métamorphose, les responsables de la loterie n'ont pas pu répondre. Le Fonds a promis 10 millions sur dix ans à cette initiative politique, tout en soulignant que l'argent servirait aux installations sportives.

Ton opinion