Finances cantonales: Bénéfice de 24 millions pour Fribourg en 2015
Actualisé

Finances cantonalesBénéfice de 24 millions pour Fribourg en 2015

L'exercice 2015 du canton de Fribourg est bouclé sur un bénéfice confortable.

Une vue de la cathédrale Saint-Nicolas, à Fribourg. (Photo d'illustration)

Une vue de la cathédrale Saint-Nicolas, à Fribourg. (Photo d'illustration)

photo: Keystone

Le canton de Fribourg renoue avec un bénéfice confortable au terme de l'exercice 2015, grâce à de grosses recettes exceptionnelles. L'excédent atteint 24 millions de francs, alors que les comptes étaient tout juste positifs un an plus tôt.

Les charges sont en hausse de 3,9% à 3,375 milliards et les revenus de 4,7% à 3,399 milliards. Les revenus dépassent de 140 millions le budget: la différence vient d'une hausse des recettes fiscales et de la part au bénéfice de la Banque nationale suisse (BNS).

Le canton a enregistré 45 millions de francs de revenus fiscaux exceptionnels venant d'une poignée d'entreprises et de particuliers, a expliqué mercredi à la presse le chef des finances Georges Godel. Il ne s'agit que de cas isolés et ponctuels, a-t-il précisé (par exemple des gens qui ont récolté des dividendes spéciaux).

Stratégie BNS

De plus, le canton a reçu 48,5 millions de la BNS alors qu'il avait budgétisé zéro. L'année d'avant, c'était l'inverse: il prévoyait quelque 23 millions mais n'avait rien reçu. Il est difficile de gérer un budget avec de tels écarts, a commenté Georges Godel.

C'est pourquoi Fribourg fait des réserves qui permettent d'anticiper les moins bonnes années. Cette stratégie assure une stabilité malgré l'incertitude des versements ou non versements de la BNS. D'autres cantons s'en inspirent désormais, note le chef des finances.

L'Etat a ainsi mis en provision les 48,5 millions reçus l'an passé, ce qui porte à plus de 100 millions la provision globale liée à la BNS. Cela permet au canton de voir venir jusqu'en 2020. Il a déjà budgétisé un prélèvement de 23 millions pour 2016.

Écureuil

Le Conseil d'Etat a fait une série d'autres provisions, après n'avoir pas pu en faire pendant deux ans. L'une (20 millions) servira à atténuer les conséquences de la troisième réforme de l'imposition des entreprises.

Une autre (23 millions) est attribuée aux futures hausses de charges du personnel (fin des mesures d'économies touchant les employés et augmentation de la contribution de l'Etat à la caisse de pension).

Au final, l'Etat a constitué plus de 100 millions de francs de provisions tous domaines confondus. Au chapitre des investissements, le total des dépenses s'est fixé à 199,7 millions. Quant à la fortune, elle a atteint le niveau record de 1,127 milliard.

Ne pas baisser la garde

Selon Georges Godel, le «réjouissant» résultat 2015 n'est pas une raison pour baisser la garde. Car sans tenir compte des éléments exceptionnels, il demeure proche du budget. Il reste donc du pain sur la planche pour affronter les déséquilibres prévus en 2017-2018.

Le Conseil d'Etat ne prévoit pas de nouvelles mesures d'économies. Mais il maintient le programme décidé en 2013, sauf les mesures touchant le personnel qui échoient à la fin de cette année.

Les syndicats ne l'entendent pas de cette oreille. Etant donné l'ampleur de l'embellie financière, le gouvernement doit absolument restituer au personnel un retour sur les sacrifices consentis, estiment le Syndicat des services publics et la Fédération des associations du personnel du service public (FEDE). (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion