Banque: Bénéfice net en recul pour la Banque Coop

Actualisé

BanqueBénéfice net en recul pour la Banque Coop

La Banque Coop a vu son bénéfice net reculer de 3,2% l'année dernière à 70,3 millions de francs. Elle impute ce repli à des effets extraordinaires.

Sans tenir compte de ce revenu unique de 10,2 millions de francs provenant de la cession partielle d'une participation, le bénéfice net a enregistré une hausse de 12,7%, a précisé mardi la Banque Coop. Et l'établissement de juger la progression «réjouissante» au vu des importants amortissements réalisés pour des licences de logiciels.

Le bénéfice brut s'est quant à lui étoffé de 6,3% à 94,2 millions de francs. Alors que les charges d'exploitation sont demeurées stables à 144 millions de francs, notamment à la faveur de synergies avec la maison-mère et la mise en commun depuis 2010 du traitement des crédits, les revenus ont crû de 2,3% à 238,2 millions.

Principale source de revenus de la Banque Coop, les opérations d'intérêts ont progressé de 4,9% à 156,1 millions de francs, à la faveur de l'augmentation du volume de crédits. Conséquence de la retenue des investisseurs sur les marchés d'actions, les opérations de commissions et de prestations de services ont en revanche diminué de 2,7% à 66,7 millions.

Portefeuille hypothécaire sain

Quant aux affaires de négoce, elles ont dégagé un produit de 11,6 millions de francs, 10,6% de moins qu'un an auparavant. Le repli reflète la volatilité des cours de change et les maigres recettes des opérations en espèces.

A fin 2011, la Banque Coop affichait un total de bilan de 14,8 milliards de francs, 3,7% de plus qu'à l'issue de l'exercice précédent. A l'actif, les prêts à la clientèle ont atteint 12,68 milliards, l'essentiel soit 12,15 milliards revenant aux crédits hypothécaires. Ces derniers ont progressé l'an passé de 4%.

A l'image de ses concurrents, l'établissement bâlois se félicite de la «qualité irréprochable» de son portefeuille d'hypothèques. Alors que la Banque nationale suisse (BNS) a mis en garde à plusieurs reprises contre une surchauffe de l'immobilier dans certaines régions, la Banque Coop précise s'en être tenu à une politique d'octroi de crédits stricte.

Avec 6,1%, contre 8,2% en 2010, la part des prêts octroyés à des emprunteurs ne remplissant pas certaines des conditions minimales (dits exceptions to policy) a atteint un niveau plancher. Dotée de 1 million de francs (contre 6 un an auparavant) la position «correctifs de valeurs, provisions et pertes» s'est avérée suffisante, mettant en évidence la santé du portefeuille de crédits.

Quant aux fonds de la clientèle sous forme d'épargne et de placements, ils se montaient à fin 2011 à 7,25 milliards de francs, en hausse de 9%. A l'issue de la période sous revue, l'établissement employait au total 584 collaborateurs, 16 de moins qu'un an auparavant.

(ats)

Ton opinion