Actualisé 07.07.2016 à 13:42

SuisseBénéficiaires de l'aide d'urgence moins nombreux

En 2015, le nombre de personnes ayant bénéficié de l'aide d'urgence a baissé de 6% par rapport à l'année précédente.

Les requérants érythréens, afghans et éthiopiens étaient sont plus nombreux.

Les requérants érythréens, afghans et éthiopiens étaient sont plus nombreux.

photo: Keystone

En 2015, 10'033 personnes ont obtenu une aide d'urgence durant 129 jours en moyenne, soit 6% de moins qu'en 2014. L'exploitation du centre pilote de Zurich a aussi eu des effets positifs sur l'aide d'urgence. Les coûts se sont élevés à 70,3 millions de francs au total.

Le Secrétariat d'Etat aux Migrations (SEM) traite en priorité les demandes d'asile vraisemblablement vouées à l'échec. Les requérants provenant des pays pour lesquels le taux de protection est faible, notamment le Nigéria, le Maroc ou le Kosovo, restent donc moins longtemps en Suisse. Cette stratégie s'est avérée positive pour l'aide d'urgence, indique jeudi le SEM.

Ils sont aussi moins nombreux à venir de ces pays. Ils savent que leurs chances de rester en Suisse sont faibles, explique à l'ats Léa Wertheimer, porte-parole du SEM.

Les requérants érythréens, afghans et éthiopiens étaient en revanche plus nombreux. Ils sont, pour la plupart, frappés d'une non-entrée en matière dans le cadre d'une procédure de Dublin. Une aide d'urgence leur est accordée.

Centre pilote

Les requérants d'asile dont la demande a été examinée dans le cadre du centre pilote de Zurich ont touché nettement moins souvent et moins longtemps une aide d'urgence que ceux qui ont fait l'objet d'une procédure ordinaire. La procédure a été accélérée.

En 2015, 8,5% des personnes tenues de quitter la Suisse à partir du centre pilote ont perçu une aide d'urgence pendant 55 jours en moyenne. Dans le régime ordinaire, plus de la moitié des personnes (52%) en ont bénéficié pendant 106 jours en moyenne. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!