Visite papale: Benoît XVI célèbre la messe devant 40'000 fidèles
Actualisé

Visite papaleBenoît XVI célèbre la messe devant 40'000 fidèles

Au troisième jour de sa visite au Cameroun, Benoît XVI a célébré jeudi une messe devant 40'000 fidèles dans un stade de Yaoundé.

Il a également rencontré des dirigeants de la minorité musulmane du pays, présentant la coexistence pacifique entre la chrétienté et l'islam au Cameroun comme «un exemple pour d'autres nations africaines».

Le pape, qui a entamé mardi au Cameroun le premier voyage africain de son pontificat, a célébré une messe en plein air devant 40'000 personnes au stade Amadou Ahidjo dans la capitale camerounaise. C'est la première fois qu'il faisait face à un nombre de fidèles aussi important dans cette Afrique qui est le continent où l'Eglise catholique connaît son expansion la plus forte.

Benoît XVI est arrivé à bord d'une papamobile blindée au toit vitré qui a fait le tour du stade devant une foule enthousiaste. Des milliers de personnes sont restées à l'extérieur de l'enceinte sportive, qui affichait complet.

Dans son homélie, le pape a appelé les Africains à «espérer» dans l'avenir, à rejeter le matérialisme et à garder les valeurs traditionnelles. Il a également exprimé sa compassion pour les enfants-soldats, enrôlés de force par les paramilitaires dans certains pays africains. A l'adresse de ces enfants, il a lancé: «Dieu vous aime, il ne vous a pas oublié.»

Le souverain pontife devait poursuivre vendredi en Angola son voyage de sept jours en Afrique commencé dans la polémique après ses propos sur le préservatif qui, a-t-il affirmé mardi, «aggrave le problème du SIDA». Une sortie qui a suscité une vague d'indignation et de réactions critiques alors que le SIDA fait des ravages sur le continent.

Avant de célébrer la messe, Benoît XVI a rencontré jeudi matin 22 représentants de la minorité musulmane du Cameroun. Il a affirmé à cette occasion que la religion est le fondement de la civilisation humaine et a également renoué avec un de ses thèmes favoris en déclarant que la foi et la raison ne sont pas incompatibles.

«La religion authentique (...) est à la base de toute culture authentiquement humaine», a-t-il dit. «Elle rejette toute forme de violence et de totalitarisme.» Le pape a estimé que la «religion et la raison se renforcent mutuellement», et a également exhorté catholiques et musulmans à oeuvrer ensemble pour «construire une civilisation d'amour».

Benoît XVI s'est félicité des bonnes relations entre chrétiens et musulmans au Cameroun, où les deux communautés cohabitent généralement sans problème, contrairement au Nigeria voisin, théâtre de violences religieuses. «Puisse la coopération enthousiaste des musulmans, catholiques et d'autres chrétiens au Cameroun, être un exemple pour d'autres pays africains», a-t-il déclaré.

Le pape a souvent dit que la religion devait refuser la violence, mais s'est abstenu de pointer du doigt une confession en particulier depuis son discours très controversé de 2006 en Allemagne où il avait lié l'Islam à la violence. Ses propos avaient provoqué des réactions de colère dans le monde musulman et il avait exprimé ses regrets pour toute offense causée par ses déclarations. Il a depuis rencontré plusieurs fois des dignitaires musulmans de différents pays.

La rencontre de jeudi matin, à la nonciature apostolique, n'était pas ouverte à la presse. Selon le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, l'atmosphère était «cordiale et amicale» et les représentants musulmans ont réservé un «accueil chaleureux au pape».

Les musulmans représentent 22% de la population au Cameroun, contre 27% pour les catholiques, et le pays compte également 27% d'animistes et 18% de protestants. (ap)

Ton opinion