Allemagne: Berlin augmente le nombre de ses soldats
Actualisé

AllemagneBerlin augmente le nombre de ses soldats

Le pays est sous la pression des Etats-Unis, dont le président Donald Trump demande un effort accru de ses alliés.

Image d'illustration

Image d'illustration

Keystone

L'Allemagne a annoncé mardi une hausse plus importante que prévu des effectifs de son armée, qui grimperont à près de 200'000 hommes d'ici 2024. L'administration du président américain Donald Trump demande depuis quelque temps un effort militaire accru de ses alliés.

Lors des précédentes prévisions présentées en mai, la Bundeswehr tablait sur une croissance de 14'300 soldats et 4400 personnels civils sur les sept prochaines années, portant ses effectifs à 192'500 personnes. La mesure constituait déjà la première hausse d'effectifs depuis la fin de la guerre froide dans le pays.

Selon de nouveaux chiffres dévoilés mardi, l'armée allemande prévoit au terme de la période finalement 5000 soldats et 1000 civils de plus que prévu il y a quelques mois, a annoncé le ministère dans un communiqué.

Mise en garde de Washington

Au total, les effectifs de la Bundeswehr, qui comptait à la fin janvier 178'000 soldats dans ses rangs, devraient grimper jusqu'à 198'000 militaires et 61'000 civils en 2024, selon la même source.

«La Bundeswehr est sollicitée comme jamais auparavant», a souligné la ministre de la défense, Ursula von der Leyen, citée dans le communiqué. «Nous faisons tout pour combler les manques, y compris en ce qui concerne le matériel», a-t-elle ajouté.

Même si la ministre n'a pas fait de lien, cette annonce intervient au lendemain d'une mise en garde du vice-président américain, Mike Pence, au siège de l'OTAN à Bruxelles. Il a demandé «des progrès réels d'ici à la fin de 2017» de la part de ses alliés qui ne respectent pas un engagement pris par l'alliance atlantique de dépenser au moins 2% de leur PIB dans le domaine militaire.

A ce jour seuls cinq pays - Etats-Unis, Grèce, Royaume-Uni, Pologne et Estonie - y sont parvenus, ce que Donald Trump et ses ministres ont à plusieurs reprises critiqué. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion